Concerts, Cabriolets et Curricles

Quelles sont les différences entre les concerts, les cabriolets et les programmes?

M. Thorpe est très vantard de son concert nouvellement acquis dans "Northanger Abbey". Il vient de l'acheter et il le décrit comme un «programme suspendu». Il poursuit en disant: «siège, coffre, étui à épée, panneau anti-éclaboussures, lampes, moulures en argent, tout ce que vous voyez est complet, le travail du fer est comme neuf ou mieux. Le tout ne lui a coûté que 50 guinées. Une grande partie de cela nous est bien sûr perdue maintenant, mais bien que nous ne connaissions peut-être pas les détails, nous comprenons qu'il est aussi fier de son concert que n'importe quel jeune homme pourrait l'être de sa première voiture. Alors, qu'est-ce qu'un concert et de quoi s'agit-il? Pour commencer, un concert faisait référence à un véhicule léger à deux roues qui pouvait généralement accueillir confortablement deux personnes et qui était tiré par un ou deux chevaux - dans le cas de M. Thorpe, il a un seul cheval pour tirer son véhicule. Un autre concert mentionné par Austen se trouve dans "Persuasion", et avec beaucoup moins de prétention. Il est conduit par l'amiral et peut en contenir trois lorsqu'Anne se presse sur le siège avec lui et sa femme. Cabriolet M. Thorpe a clairement senti que son véhicule convenait au jeune aspirant à la mode qu'il se croyait être. Beaucoup des beaux de l'époque se retrouveraient en train de travailler leurs programmes, notamment le 1er marquis d'Anglesey. Le conseil de l'époque était qu'un concert nécessitait un cheval de moins de 16 mains de haut et que l'action du cheval ne pouvait jamais être considérée comme trop extravagante. Cependant, comme tout article à la mode, ils étaient eux aussi soumis aux caprices du goût. Vers 1815, le Cabriolet a remplacé le Curricle en tant que forme de concert la plus à la mode. C'était une chaise à un cheval dans une forme plus récente et plus élégante que le Curricle. Il avait de la place pour deux personnes et était muni d'un capot mobile. Il était possible de fermer les rideaux pour gagner en intimité et un «Tigre» à la mode (un petit garçon) pouvait être porté derrière mais coupé de la communication. Sa forme ressemblait à une coquille de nautile et il y avait un rabat au genou avec une courbe gracieuse - même les tiges étaient courbes. Parmi les autres types de concerts à un cheval qui devinrent plus tard à la mode, citons le Dennett, qui tire son nom du système de ressorts Dennett (il s'agissait de trois ressorts: deux aux extrémités et un en croix.) William Bridges Adams, dans le livre de 1837 English Pleasure Carriages , dit que le nom venait de Mlle Dennett, qui était une danseuse de scène extrêmement populaire à l'époque où les ressorts ont été utilisés pour la première fois. Les Stanhope et Tilbury étaient également populaires auprès des jeunes hommes. Nous pouvons bien imaginer M. Thorpe suivre la mode dans l'un de ces véhicules voyants. Stanhope Le type le plus simple de chariot à deux roues se composait de quelques pièces simples: les roues, l'essieu, les ressorts, le chariot (les arbres et les barres transversales) et le corps ou la partie assise où les marches et les lampes étaient fixées. Lorsque M. Thorpe qualifie son travail de «programme suspendu», il indique le système utilisé pour attacher le «chariot». À propos de la suspension du programme, Adams dit: "La carrosserie est suspendue dans un mode similaire au cabriolet, sur un châssis composé de deux pièces latérales et de deux barres transversales à chaque extrémité." Adams est plutôt cinglant sur le sujet des programmes d'études. «La forme du corps est extrêmement disgracieuse, la courbure et le boîtier de l'épée sont franchement laids, le coude et la tête sont d'une forme disgracieuse, et la ligne de front tordue et le fer fringant dans le pire goût possible... Le mode d'attache le cheval est précisément celui de la voiture de char, mais en plus élégant. Un poteau est fixé au cadre carré et est suspendu à une barre d'acier brillant, reposant dans une fourche sur le dos de chaque cheval. " Peut-être un choix de mode plutôt qu'un choix de bon goût? Enfin, l'étui d'épée dont parle M. Thorpe faisait, selon Adams, partie du coffre, bien que M. Adams appelle l'étui d'épée le coffre, M. Thorpe y fait référence séparément.

****

J'ai apprécié cet article sur concerts, cabriolets et programmes? Visitez notre boutique de cadeaux et évadez-vous dans le monde de Jane Austen.

1 commentaire

As a carriage museum researcher I would like to make a couple of corrections. A gig is indeed a light 2 wheel cart but drawn by a single horse. A curricle is a different thing entirely. it is one of very few 2 wheel designs drawn by a pair with the pole suspended between the two horses attached to a bar across the back of the driving saddles. The curricle was a popular see & be seen vehicle in Regency cities. Because of the bar across the horses it was important that they were well matched in height & movement. Being of the fashion of the time they usually matched & were very spirited leading the Curricle to be considered a dangerous vehicle. this was mainly because it was often driven recklessly by gentleman cutting a dash, invariably overhorsed in terms of power to weight of vehicle & I’m sure a tipple or two may have assisted in the disasters that often occurred. An issue for all two wheeled carts (a carriage has four), is that they have a need to be balanced front to back or the poor horse ends up carrying too much on his back or the cart wants to lift the shafts pulling uncomfortably on his belly through the overgirth that stabilizes the tugs. As you can imagine I particularly love the references to historical vehicles in Jane Austin’s works.

camelot 26 juillet 2020

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés