Cravates, Cravates, Stocks, Solitaires, Jabots & Macaronis

Les cravates

Les cravates ont été développées à partir de mercenaires croates honorés par Louis XIV en France au 17ème siècle. Ce n'est qu'au début du XIXe siècle que la cravate atteint le sommet de la mode en France et en Angleterre. Les Français l'appelaient «cravate», le français pour croate ou croate. Le mot «cravate» a perdu sa finale française «e» lorsqu'il est passé en Angleterre. Une fois en Angleterre, la cravate a remplacé les cols en dentelle de Charles I et II. Au début, c'était une étroite bande droite de dentelle ou de lin, qui pendait au cou. Au XVIIIe siècle, le jabot prend le dessus, le devant de la chemise à volants et brodé se gonflant au-dessus de l'ouverture du gilet presque pour dissimuler la cravate, désormais boutonnée dans le dos. Plus tard, la cravate s'est rétablie sur le jabot, couvrant le devant de la chemise et évoluant vers le stock, qui est devenu plus libre et plus volumineux dans ses proportions au fil du temps. Une variété infinie de cravates est apparue, y compris des cravates à ficelles à pompons, des foulards à carreaux, des touffes et des nœuds de ruban, de dentelle et de lin brodé, tous avaient leurs fidèles adhérents. Près d'une centaine de nœuds différents ont été reconnus. Les colliers ont augmenté au tournant du 19e siècle. Les bords pointus autour du menton et des joues sont devenus à la mode. Les cravates étaient étroitement enroulées autour du cou se terminant par des arcs de longueur variable. Les cravates, à cette époque, avaient parfois jusqu'à un pied de haut, les pointes des cols montant à mi-hauteur du visage et obligeant les messieurs à garder le menton et la tête bien en l'air. Ce fut George "Beau" Brummel qui éleva le premier la cravate au rang de culte en amidonnant ses cravates, créant de nouveaux nœuds complexes qui pourraient prendre jusqu'à une heure à nouer. Il fut le premier à y introduire de l'amidon, insistant sur le fait qu'il devait être rigidifié à la "consistance d'un papier à lettres fin". Les cravates sont redevenues plus décontractées au cours du 19e siècle et se sont progressivement réduites en arcs plus petits au fur et à mesure que le siècle avançait. Les colliers sont devenus plus bas, avec des espaces suffisamment larges entre les points pour permettre à la tête de se déplacer librement d'un côté à l'autre.

 

Cravates alternatives

Il y avait une variété d'alternatives à la cravate disponibles pour les hommes et les garçons des 18e et 19e siècles. Le plus courant était le «stock». Une cravate était un morceau de tissu généralement long qui s'enroulait autour du cou et se nouait devant. Les stocks étaient attachés à l'arrière par un crochet ou un nœud. Le stock à l'avant avait ce qui, pour l'œil moderne, ressemble à un nœud papillon pré-noué. Certains stocks semblaient être une large cravate entourant le cou presque comme un cataplasme. Ils n'étaient pas les plus confortables des cravates. Un homme ou un garçon en portant un serait obligé de se tenir debout ou de s'asseoir droit dans une position plutôt raide. Le "solitare" est apparu au milieu du XVIIIe siècle et était attaché à l'arrière de la perruque, enroulé autour du cou et porté à un arc devant sur une cravate. "Macaronis" est apparu en Angleterre au milieu du 18ème siècle sur des dandys affectant une mode d'inspiration italienne, colorant leurs joues avec du rouge, portant des escarpins incrustés de diamants et des cravates avec d'énormes nœuds. Ceux qui ont adopté ces énormes cravates étaient appelés les incroyables, c'est-à-dire les «indestructibles». Ils portaient des cravates si grandes que leurs mentons étaient cachés. C'est la cravate qui a finalement remplacé la cravate à la fin du 19e siècle. Peu coûteux, il a duré éternellement et était facile et rapide à nouer. Achetez une cravate Regency dans notre boutique en ligne, cliquez ici!   Alwyn Garden travaille depuis son studio à domicile en tant que costumière historique. Elle aime rechercher des méthodes de couture historiques et aime particulièrement confectionner des costumes des XVIIIe et XIXe siècles pour hommes et femmes. Elle est couturière résidente de la troupe de danse historique «The Bordonian Heritage Dancers» et organise chaque mois des bals costumés à Canberra. Voir ses créations sur Regency Reproductions.com.