De Prada à Nada

  De Prada à Nada a fait 3,3 millions de dollars au box-office, à la fois étrangers et nationaux. Je suis surpris de lire que c’était autant. Il m'est arrivé de regarder le film sur Netflix le week-end dernier alors que je n'avais rien de mieux à faire que de laver les vêtements. La notion de remake de Jane Austen Sens et sensibilité et cueillir Marianne et Elinor Dashwood de Barton Cottage et les atterrir au 21st Century L.A. m'ont intrigué, car le déménagement d'Emma Woodhouse de la tranquille Highbury à un lycée de Beverly Hills à Aucune idée a été un succès retentissant tant auprès des critiques que des téléspectateurs. J'ai aussi aimé l’idée de changer de culture, car n’avait pas le succès d’Ang Lee, Manger Boire Homme Femme, a été transformé avec succès en le délicieux Tortilla Soup avec sa famille américano-mexicaine remplaçant le chef japonais et ses filles? Mais je suis rapidement arrivé à la conclusion queDe Prada à Nada est à Jane Austen ce qu'une peinture de velours noir est à la Joconde. Voici donc l'histoire:
Il était une fois à Beverley Hills deux très jolies filles dans une maison appelée Bonita Casita. Ils avaient un papa mais pas de maman.
L'un était petit et diszy, aimait faire du shopping et portait des robes de soirée matin, midi et soir. Son nom était Mary Dominguez (MD = Marianne Dashwood).
Nora a tourné Norange à l'enterrement de Papa.
L'autre était une grande, pratique, intellectuelle, avocate en herbe nommée Nora (Elinor Dashwood). Bien qu'exotiquement belle, elle souffrait d'une maladie mortelle à Hollywood appelée peau d'orange. Ce spectateur soupçonne que c'était pour la rendre mexicaine plus clichée, mais devrais-je vraiment être aussi cynique? Mary avait cette condition dans une moindre mesure, et les deux filles sont passées de l'air bronzé à gravement malade, selon les conditions d'éclairage.
Aucune des deux filles ne parlait espagnol, un fait qui a été souvent mentionné jusqu'à ce qu'il soit percuté dans la cervelle des téléspectateurs. En fêtant son anniversaire avec ses filles, Papa tombe à plat ventre et meurt, laissant les deux filles perplexes sans le sou, car tout ce qu'il possédait appartenait aux banques. Les filles doivent déménager de leur environnement confortable en 90210 à un quartier collant de East L.A., ce qui revient à demander à un garde du palais suisse de travailler dans une prison colombienne à court préavis. Avant cette indignité, ils rencontrent leur demi-frère, Gabriel, une surprise du passé de leur papa, qui arrive pour les funérailles avec sa petite amie avare et ringarde, Olivia. Il semble que le frère et sa petite amie veuillent rénover le manoir de Papa et le vendre dans un but lucratif. En d'autres termes, frère renverse les maisons pour gagner sa vie. Vraie classe.
Sans une mère vivante pour les guider, comme Jane Austen l'avait prévu, Maria et Nora n'ont nulle part où aller que chez leur tante au bon cœur jusqu'à un quartier rempli de barrios, de gangstahs et, pire encore, de joints de tacos. Là, les filles rencontrent Bruno (Colonel Brandon), un beau Latino sombre qui n'a visiblement pas assisté à Beverly Hills High.
Il est sympathique, mais Mary le snobe, car elle commence à soupçonner qu’il travaille pour gagner sa vie et qu’elle doit partager une chambre avec sa sœur. (Non pas que les deux faits aient rien à voir l'un avec l'autre, mais ma phrase n'est pas plus folle que l'intrigue du film.)
En succession rapide De Prada à Nadajette au moins un cliché par minute au spectateur, y compris un petit magasin de sueur dans le salon de ma tante, des mauvaises filles du quartier et des vêtements et des intérieurs qui auraient pu être créés par Agador (le garçon gay cubain d'Armand et d'Albert dans La cage à oiseaux). Comment ce film pourrait-il avoir une chance auprès de téléspectateurs intelligents lorsque les personnages sont nommés Bad Guy #s 1-3, Camarade, Invité de Fiesta et Chola (définition du dictionnaire urbain: la fille que mon frère tombe enceinte)? J'imagine que les gens vivant à East L.A. ont été horrifiés de voir le beau conte de Jane Austen mutilé et tordu au-delà de toute reconnaissance.
Le film trébuche vers sa fin inévitable clichée. Edward Ferris tombe instantanément amoureux de Nora et lui confie un travail splendide dans son cabinet d'avocats. Ils se séparent et ensuite ils se réunissent sans raison que je puisse comprendre, sauf qu'il vient toujours dans la maison avec un camion rempli de gros objets.
Mary tombe éperdument (au lieu de se tordre les talons dans la campagne anglaise) pour un tuteur nommé Rodgrigo Fuentes, Willoughby's stand in. Il se rend finalement au Mexique puis la jette et achète le manoir hideusement rénové de Papa à son frère flipper.
Flipper bro se révèle être un gars sympa, tout comme Bruno, qui se trouve être un artiste immensément talentueux vivant dans le corps d'un mécanicien. Pour une raison quelconque, après son accident de voiture, Mary se retourne totalement pour le Bruno toujours patient et endurant, qui a pu voir au-delà de ses manières matérialistes au moment où il l'a rencontrée.
Après avoir fini de regarder ce film, j'ai réalisé que j'aurais dû rester au sous-sol avec ma lessive et lire un bon livre en attendant que ma laveuse et ma sécheuse finissent de tourner. Les producteurs de ce clunker ont oublié un atout extrêmement important dont aucun film qui se respecte ne peut se passer: un script bien écrit et intelligent. Toutes les bonnes intentions du monde de latiniser Jane Austen, et de la rendre ainsi plus disponible à ceux qui pourraient autrement être rebutés par ses personnages anglais, ne peuvent sauver un film si complètement dépourvu de divertissement, d'originalité et d'esprit.
J'imagine que Lady Catherine de Bourgh aurait dit de ce film: «Je n'en prends pas congé. Je ne lui envoie aucun compliment. Cela ne mérite pas une telle attention. Je suis très mécontent. » Amen à cela.
 
Vic Sanborn supervise deux blogs: Le monde de Jane Austen et Jane Austen aujourd'hui. Avant 2006, elle adorait simplement Jane Austen et lisait fidèlement Pride and Prejudice chaque année. Ces jours-ci, elle est plongée dans la lecture et l’écriture sur la vie de l’auteur et l’époque de la Régence. Co-fondatrice de son groupe de livres local (et très petit), Janeites on the James, elle a commencé ses blogs comme un moyen de partager ses recherches sur l'ère Regency pour son roman, qui est inédit sur une étagère poussiéreuse. Au cours de sa vie professionnelle, Vic fournit des ressources et du perfectionnement professionnel aux enseignants et aux administrateurs des programmes d’éducation et d’alphabétisation des adultes de Virginie. Cet article a été écrit pour Le monde de Jane Austen et est utilisé ici avec permission.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés