Emma: la fille que Jane aimait

Emma: la fille que Jane aimait Épisode 1 Enfin, les téléspectateurs nord-américains ont la chance de voir la production 2009 tant attendue de la BBC Emma, trois mois après sa sortie au Royaume-Uni. Un clic sur imdb trouvera pas moins de 15 versions différentes de cette œuvre populaire d'Austen. Encore un autre? Cela conduit naturellement à se demander pourquoi? Après avoir vu ce premier épisode, laissez-moi essayer: juste parce que c’est tellement amusant à faire.   C’est ce que j’ai ressenti en regardant la diffusion PBS Chef-d'œuvre classique. Cette nouvelle adaptation de Emma est probablement la meilleure que j’ai vue, et Romola Garai est de loin la meilleure d’Emma. Oui, je la compare avec Gwyneth Paltrow (1996) et Kate Beckinsdale (1996, TV). Elle pourrait bien être l’une des héroïnes d’Austen les mieux placées pour leurs rôles à mon avis, disons simplement, au coude à coude avec Elizabeth Bennet de Jennifer Ehle.   Quelle différence avec son Briony culpabilisée dans le film Expiation. Eh bien, Emma de Garai est également culpabilisée en tant que marieuse errante et trop confiante, mais son cœur sincère et sa volonté de reconnaître son erreur de jugement ont fait briller sa personnalité.   En créant Emma, ​​Austen avait dit: "Je vais prendre une héroïne que personne d'autre que moi n'aimerait beaucoup." On dirait que cette adaptation rend un grand service en nous tirant du côté d’Austen. Emma de Garai reflète les raisons probables pour lesquelles l’auteur a trouvé son personnage sympathique: vive, charmante et désemparée, et surtout, sa volonté d’admettre ses fautes, son cœur sincère envers elle-même et les autres. La performance animée de Garai est plus appropriée dans un genre comique comme celui-ci. Dans ce premier épisode, l'ironie et l'humour sont apparus.     La cinématographie impressionnante correspond parfaitement à la personnalité et à l'atmosphère du roman, vive, agile, amusante et, comme le raconte M. Knightly au début, dorée. C'est juste le genre de jeu de couleurs pour une comédie intelligente, le reflet exact de son personnage principal. En tant que comédie, une petite exagération dans les couleurs est acceptable et assez efficace je pense. Dans l'ensemble, les visuels sont captivants, de beaux clichés du paysage campagnard anglais, des demeures bien situées et de leurs rendus intérieurs. J’ai particulièrement apprécié les quelques prises de vue en hauteur et certaines des scènes contrastées plus sombres au début.   Et oui, le début est celui où un film peut captiver tout de suite. J'ai apprécié le traitement de l'intrigue par le scénariste Sandy Welch, en dessinant trois personnages, Emma, ​​Frank Churchill et Jane Fairfax, qui avaient tous perdu leur mère dans leur jeune enfant, et en me concentrant sur la différence entre leurs vies.   Pour le casting de Jonny Lee Miller dans le rôle de Mr. Knightly, j'avais cependant une petite réserve, dans le premier épisode en tout cas. Les étincelles entre Emma et lui ressemblent plus à des querelles entre frères et soeurs qu'aux courants sous-jacents des querelles d'amoureux subliminaux, qu'Austen dépeint si brillamment. La différence d'âge de 16 ans est presque inobservable ici, bien que dans la vraie vie, elles soient séparées de dix ans. Malgré cela, j’ai apprécié la représentation par Jonny Lee Miller du conflit de M. Knightly, parfois détaché, parfois impliqué et parfois exaspéré.   Michael Gambon est excellent dans le rôle du fastidieux M. Woodhouse. L'acteur légendaire a livré une performance convaincante d'hypocondriaque attachant mais éprouvant. Quant à Harriet Smith et Jane Fairfax, je crains que ma préférence soit la 1996 TV casting de la production de Samantha Morton et Olivia Williams dans ces rôles.   Ce premier épisode m'a frappé comme une interprétation vivante et contemporaine. Alors que la scénariste Sandy Welch a choisi d'utiliser un langage plus moderne dans ses dialogues, je ne pense pas qu'elle ait dû s'éloigner trop de l'original pour y parvenir. Alors que je relis Emma pour ces projections, je trouve le livre très accessible pour les lecteurs modernes, les personnages sont ceux avec qui nous pouvons nous identifier, leurs motivations et leurs émotions très similaires à ce que nous connaissons. Les capacités d’observation d’Austen et son intelligence dans la représentation de la nature humaine et du monde intérieur de ses personnages sont tout simplement impressionnantes, étant donné qu’elle écrivait près de cent ans avant Freud et la naissance de la psychologie moderne.     Épisode 2 «Un être humain authentique», c’est ainsi que l’animatrice de Masterpiece Classic Laura Linney décrit Emma. Les personnages de Jane Austen n'ont pas de pouvoirs surnaturels, note-t-elle. Mais c'est là que réside la magie de son écriture. Elle prend l'ordinaire et en fait ressortir les traits inaperçus. À partir de ces personnages de tous les jours comme vous et moi, elle montre habilement les subtilités tissées dans leurs interactions et révèle les courants sous-jacents d'intentions et de désirs cachés. C'est dans la révélation du sous-texte qui rend son histoire si captivante même pour nous, lecteurs modernes.   L'épisode 2 s'est poursuivi avec cette histoire intéressante alors que nous voyons Emma confuse par ses propres sentiments envers Frank Churchill, l'admiration changeante de Harriet pour le même, l'admiration apparemment ouverte de Frank Churchill pour Emma, ​​les sentiments grandissants de M. Knightly pour la même chose et l'angoisse cachée de Jane Fairfax. , ignorée par le sujet de son désir. Il semble que les sentiments de chacun se confondent avec ceux des autres. La comédie des erreurs prend de l'ampleur.   Dans ce segment, la cinématographie continue d'être un contributeur majeur à la narration. J'ai particulièrement apprécié les nombreux moments de Vermeer, comme celui avec Emma regardant par la fenêtre profondément dans ses pensées, ou la caméra la capturant silencieusement jouant du pianoforte, immergée dans une lumière diffuse. J'ai également apprécié la façon dont le visuel révèle des pensées intérieures. Le désir de M. Knightly est projeté par le flash-back de sa danse avec Emma, ​​passant au cygne unique dans l’étang, musique chaleureuse enveloppant… un beau moment cinématographique où le visuel et la musique communiquent efficacement sans paroles.   Mme Elton est jouée avec animation par Christina Cole. En termes d’effets comiques et odieux, elle est de l’égal de son mari, un bon match en effet. Alors que Rupert Evans est capable de dépeindre un Frank Churchill sournois, il ne ressemble pas à celui que j'ai en tête. Mais ce n'est pas important. Ma principale préoccupation concerne le rôle de Jane Fairfax. Ce deuxième épisode a confirmé mes doutes dès le début. Je sens qu'il y a un malentendu ici. Son élégance, son équilibre et ses subtilités me manquent tels que décrits par l'auteur. Elle est censée être la digne rivale d’Emma après tout. La danse au Crown Inn est un plaisir à regarder. C’est aussi l’occasion de montrer les vraies couleurs de tout le monde. Ici, M. Knightly se révèle être un gentleman attentionné alors qu'il invite Harriet à danser après avoir été offensée par M. Elton. De plus, nous commençons à voir M. Knightly de plus en plus amoureux, alors que l’objet de son désir reste relativement désemparé, même si un sentiment d’appréciation est apparu dans son cœur confus. Les danses sont aussi amusantes à regarder, beaucoup plus vivantes et conviviales que t Vous pouvez acheter Emma dans notre boutique de cadeaux Jane Austen.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés