L'héritage de Jane et de sa seigneurie par Stephanie Barron

À l’ouverture du huitième livre de la série Jane Austen Mysteries, nous sommes en juillet 1809 et Jane et sa mère sont arrivées à Chawton pour prendre possession du chalet dans lequel vivait le défunt bailli d’Edward Austen. Le sentiment du village est contre le fait que les femmes de l’écuyer déplacent la veuve de l’huissier, et quand un cadavre est découvert dans la cave quelques heures après leur arrivée, les soupçons pèsent sur plusieurs voisins qui ont un compte à régler avec les Austens - ou entre eux. (Le reste de cette revue contient un spoiler majeur pour le livre précédent de cette série, Jane et les fantômes de Netley. Nous trouvons impossible d'écrire une critique correcte sans y faire référence.) Jane se retrouve non seulement chargée d'un mystère à résoudre, mais aussi de l'héritage laissé par Lord Harold Trowbridge, tué dans les dernières pages du livre précédent: il a légué ses lettres et journaux personnels à Jane afin qu'elle puisse écrire ses mémoires. Lord Harold étant qui il était, et vivant comme il le faisait, ces papiers sont plutôt incendiaires: le sobriquet de sa seigneurie du "Gentleman Rogue" était en effet bien mérité. Il a évolué parmi les plus hauts échelons des cercles aristocratiques et politiques britanniques et parmi les entreprises les plus dangereuses en sa qualité d’espion de la Couronne. Les fangirls de Lord Harold qui, comme ce critique, ont pleuré sa mort prématurée (et ont été extrêmement mécontents de l'auteur pour l'avoir perpétrée) trouveront du réconfort dans ce volume, car Lord Harold est très présent via des extraits de ses articles, parfois choquants. personnel. Bien que la présence de ces documents fasse partie de l'intrigue mystérieuse, ils forment leur propre sous-intrigue, une sorte que nous avons trouvée parfois plus absorbante que le mystère réel. La connaissance de Mme Barron de l’histoire politique et militaire de l’époque, ainsi que ses antécédents dans le domaine du renseignement, éclairent ces extraits et leur donnent un anneau de véracité qui passionnera les étudiants de l’époque. Nous sommes sur le disque comme étant insatisfaits du volume précédent de la série, trouvant les aperçus dans l'esprit de Jane Austen plutôt sombres que nous aurions imaginé; aussi, nous déplorons depuis longtemps les excès de langage peu austeniques contenus dans tous les livres de la série. Ces problèmes n'ont pas été complètement résolus, mais nous les avons trouvés moins gênants dans le dernier volume, ce qui doit être considéré comme une amélioration; cependant, nous souhaitons que Jane «se détende de temps en temps pour rire d'elle-même ou des autres». Nous nous attendons à ce que même une Jane Austen en deuil ne soit pas aussi implacable, d'une introspective déprimante. Cependant, Jane étant enfin installée à Chawton est très prometteuse pour les fans du mystère confortable britannique traditionnel; «3 ou 4 familles dans un village de campagne» n’était pas seulement le milieu préféré de Jane Austen, mais aussi celui qui a inspiré Agatha Christie et ses disciples, même si on ne peut pas imaginer Jane Marple ou Hercule Poirot écrire Orgueil et préjugés. Une autre considération délicieuse est que nous approchons des années au cours desquelles Jane a publié ses romans, ce qui ajoutera une nouvelle et, pour les fans de Jane Austen, une tournure très intéressante à cette série continue. Nous attendons avec grand plaisir le prochain volume. Relié: 304 pages (1 mars 2005) Éditeur: Livres Bantam ISBN: 0553802259 Liste des prix: $24.00/£13.21 Margaret C. Sullivan est la webmestre de Tilneys et trappes et AustenBlog.com et souhaite que Jane Austen ait vraiment écrit les mémoires du Gentleman Rogue.