Les classiques du monde d'Oxford: sens et sensibilité

Sens et sensibilité

Par Jane Austen Introduction par Margaret Anne Doody Revue par Ellen Moody J'ai été ravie quand Laurel de Austenprose m'a demandé de me joindre à elle pour rédiger des critiques de la récente réimpression des éditions standard d'Oxford des romans d'Austen. Je pouvais regarder les différentes couvertures, lire les introductions, les notes, les annexes et, le cas échéant, des illustrations. Comme vous l’avez peut-être deviné, je fais partie de ceux qui choisissent en partie d’acheter un livre en fonction de sa couverture. J'apprécie les présentations (parfois plus que l'histoire qu'elles présentent), j'apprécie les cartes de fond et les illustrations, et surtout les notes ironiques. En examinant la question, j’ai découvert que je devais trouver la différence entre ces nouvelles réimpressions et les réimpressions antérieures de l’édition 1970-71 de James Kinsley, d’où tous les textes d’Oxford suivants ont été tirés. Pourquoi, après avoir examiné les premiers textes, Kinsley a-t-il fait le choix de réimprimer l’édition de 1923 de R. W. Chapman des romans d’Austen avec quelques corrections? Hmm. Ma curiosité m'a rendu incapable de résister à comparer les Oxford avec les autres éditions des romans d'Austen que je possède. Dans le cas d’Austen Sens et sensibilité, un roman que j'ai lu pour la première fois quand j'avais 13 ans et celui qui me tient le plus à cœur, je possède 14 éditions et réimpressions différentes, ainsi que des traductions en français et en italien. Le lecteur plus cynique et moins dévoué d'Austen peut bien dire, attendez une minute ici. Quel serait le point ou l'intérêt, puisque les différences dans les textes eux-mêmes seraient probablement minuscules, les paratextes exactement le genre de chose que Catherine Morland aurait sautée, et cette recrudescence de livres proliférants simplement le résultat d'un marché hautement concurrentiel. Mais c’est le point. On peut se demander pourquoi fournir tout cela si le but est de produire un texte pratique peu coûteux et le motif de profit? La réponse est que les romans d’Austen sont à la fois des textes très appréciés et les plus vendus, qui se vendent toujours parce que ce sont les livres les plus vendus. Ils ont des groupes de consommateurs (appelons-les) très divers et conflictuels. Ainsi, afin de ne pas offenser et de persuader autant de lecteurs que possible d'acheter au moins une fois ou encore une fois, les éditeurs sont amenés à produire des livres informatifs et agréables, précis et accessibles - et à jour. Puisque les réimpressions couvrent plus d'un quart de siècle, nous pouvons voir différents introducteurs lutter pour présenter leurs agendas respectifs, qui, comme les changements dans les couvertures des livres, reflètent le climat en constante évolution d'un Austenland étonnamment orageux. Nous avions aussi plus que les fameux six livres car depuis 1980 Oxford avait choisi d'accompagner Abbaye de Northanger avec Lady Susan, les Watsons, et Sanditon, Les romans moins connus d’Austen (le premier épistolaire, les deux derniers inachevés). Laurel et moi avions un voyage fascinant devant nous. Nous avons convenu que nous formerions des critiques sœurs, chacune étant la contrepartie de l'autre. Une lecture de L'avis de Laurel donnera un bon aperçu du livre. Je suis d’accord avec Laurel pour dire que la réédition de 2008 de l’édition 2004 de Kinsley Sens et sensibilité est un bon achat. Il évite les extrêmes, ou est à mi-chemin entre des séries qui ne font que reproduire un texte non annoté, parfois seulement avec un bref essai «Afterword »2; et des séries qui peuvent surcharger les lecteurs avec un appareil à l'arrière des documents contemporains, des essais critiques récents (certains le résultat de la mode de cette année dans le milieu universitaire), et contenir des introductions agressives trop abstraites par des écrivains qui semblent prendre une position franchement hostile aux textes et la plupart de ses lecteurs3. L'essai d'introduction de Margaret Anne Doody est brillant, éloquent et complet; depuis 2004, l'Oxford a inclus deux annexes de Vivien Jones qui a judicieusement choisi d'expliquer deux types de préoccupations et d'événements cruciaux dans tous les romans d'Austen: l'annexe un explique le rang et le statut social des personnages, et l'annexe deux, les différentes danses incluses dans son romans et comment ils peuvent fonctionner. Claire Lamont a surtout amélioré et réécrit les notes explicatives de l'édition précédente: les nouvelles sont plus complètes et des textes plus contemporains sont cités. La méthode consiste à donner la référence par numéro de page et à utiliser un astérisque; cela permet un basculement rapide d'avant en arrière4. Voilà pour la complémentarité. Laurel a résumé les sujets de l'introduction de Doody et des éléments intéressants cités dans la bibliographie, discuté de la vie trop courte et du rôle du chaperon dans la vie d'une jeune femme distinguée (comme suggéré par l'annexe sur la danse), et m'a laissé l'affaire pas sans importance sur exactement ce qui nous est présenté comme le roman existant écrit de Jane Austen. À cela, j'ajouterai un peu sur les couvertures et de brèves informations sur les 5 adaptations cinématographiques disponibles du roman. À savoir, nous n'avons pas en tout ou en partie de version manuscrite d'Austen de Sens et sensibilité nous ne pouvons donc pas savoir avec certitude à quoi ressemblait son texte de ce roman. Comme ils le font aujourd'hui, les imprimeries avaient alors des styles qui leur étaient propres, et aucun texte n'était du tout sancro-sanctionné par les changements de ponctuation, de grammaire, de paragraphe, etc. Parmi les versions de S&S publiées du vivant d'Austen, la première publiée en 1811 était épuisée. Austen se réjouit, et en 1813 il y en eut une seconde. Austen a été activement impliqué dans la production des deux; elle a relu le premier, mais hélas, apparemment pas le second, et des erreurs de toutes sortes ont été trouvées dans le texte de 1813. D'autre part, Austen a fait de petites révisions de ce texte de 1813, ce sont donc ses dernières corrections imprimées. Ici, nous devons nous rappeler la douloureuse vérité selon laquelle Jane Austen est morte jeune et n'a pas eu beaucoup de chance d'avoir des doutes sur son livre: elle produisait les derniers exemplaires des 4 qu'elle a vus sous forme imprimée et écrivait les six (plus peut-être un septième , Sanditon). Une dame très occupée en effet, puis mortellement malade. Au cours du XIXe siècle, des erreurs se sont glissées dans les nombreuses réimpressions des livres d’Austen; et en 1923, R.W. Chapman s'assit pour produire des textes savants scrupuleusement précis qui étaient l'équivalent de ce qui était imprimé pour des auteurs masculins de très haut rang; il a suivi les normes de son temps, qui comprenaient des corrections discrètes de grammaire, de ponctuation et de paragraphe. Pour Sens et sensibilité il a choisi l’édition de 1813 après l’avoir corrigée, et c’est le texte de Chapman que Kinsley a étudié, modifié quelque peu et qui est la base de tous les Oxford par la suite. Récemment, cependant, il a été affirmé que Chapman a sur-corrigé et tellement poli le texte d'Austen que nous perdons la saveur, le ton et quelque chose de la voix familière d'Austen; et dans la nouvelle édition de 2003 Penguin, Kathryn Sutherland a pris la rare mesure d'utiliser le texte de 1811 comme base. Chapman a-t-il vraiment modifié l’esprit des livres d’Austen? Oui et non. L’édition de Sutherland nous offre un texte moins soigné, moins ponctué. Il faut l'admettre, comme pour les introductions aux textes, il s'agit en quelque sorte d'un combat d'agenda. Kathryn Sutherland, Claudia Johnson (rédactrice en chef de l'édition récente de Norton) et d'autres ressentent le pittoresque perçu et la sensation pittoresque de thé et de crumpets des Oxfords originaux de Chapman qui ont contribué à maintenir une vision kitsch et élitiste d'Austen. C’est aussi un combat de territoire: les éditeurs de ces textes ont besoin que leurs choix soient respectés pour gagner le lectorat d’Austen au complet. Mais il y a quelque chose de plus ici aussi. Austen a changé certains mots dans l'édition de 1813. Maintenant, il est parfois vrai que le premier texte de l’auteur était le texte supérieur; parfois le dernier corrigé est. C’est une question de jugement et de goût. Ce qui est important, c’est que le texte ne soit pas compliqué. En 1813, Austen coupa une deuxième phrase qui apparaît dans le texte de 1811: en 1811, au pique-nique de l’abbaye de Delaford, le narrateur répète la rumeur selon laquelle le colonel Brandon a une «fille naturelle» que la brève mention de Mme Jennings a rendue publique. On nous dit la déclaration de Mme Jenning alors
"A choqué la délicatesse de Lady Middleton qu'en vue de bannir un sujet aussi impropre que la mention d'une fille naturelle, elle a pris la peine de dire elle-même quelque chose sur la météo" (I: 3).
Curieusement, pour toutes les plaintes de Sutherland au sujet de Chapman, il a inclus la phrase de 1811 dans sa réimpression du texte de 1813. Il a simplement fait intelligemment un jugement et l'a remis en place. Hélas, quelque part le long de la ligne, cette phrase offensante a été omise de toutes les éditions strictement basées sur le texte de 1813, et n'apparaît désormais que dans les notes de bas de page à tous, y compris ce dernier Oxford 2008! Ce qui me dérange, c'est dans les notes que la plupart des chercheurs refusent à plusieurs reprises de reconnaître l'évidence, qu'Austen a supprimé la phrase parce qu'elle était trop franche. Au lieu de cela, nous obtenons des interprétations super subtiles selon lesquelles Austen a supprimé le passage parce qu'elle ne voulait pas que la situation soit dissimulée avec tact. Mais comment est-ce possible, puisque Mme Jennings a laissé le chat sortir du sac, et c’est l’un de ces nombreux secrets que M. Knightley d’Austen nous dit, c’est exactement le genre de chose que tout le monde sait. Sur les couvertures. Il y a une longue coutume de choisir des photos de deux femmes de la classe supérieure (souvent des sœurs) debout ou assises côte à côte pour la couverture de S&S. Cela a commencé dans les premières éditions populaires du 19e siècle, le volume de Bentley de 1833 où nous voyons Lucy et Elinor marcher ensemble. Cela se voit dans le choix par James Kinsley d’une illustration de Hugh Thomson du moment même où Marianne voit Willoughby à l’assemblée de Lady Middleton. Tout à fait typique de tous les choix que j’ai vu, c’est à quel point la représentation psychologique de Thomson est totalement inadéquate. Paire après paire de femmes sont choisies dont les visages sont sans expression, mais dont les références, visiblement de classe supérieure, charnues (cela ayant été un signe de haut rang), habilleuses blanches et élégantes, sont inattaquables. Par exemple, Sara Coleridge avec Edith May Warner par Edward Nash [1820], la couverture d'Oxford de 1980; Ellen et Mary McIlvane par Thomas Sully [1834], la couverture 2003 de New Penguin. Ces derniers Oxfords ne diffèrent que par le fait qu'ils préfèrent se concentrer sur un détail agrandi des deux femmes, ce que Laurel me dit être à la mode dans les couvertures. Une version antérieure peut être trouvée dans un Bantam de 1983, Charlotte et Sarah Hardy de Thomas Lawrence (1801) Personne ne conteste la centralité d’une paire de sœurs comme étant au cœur du roman (et primale pour Austen comme dans tous ses romans que nous trouvons), mais je suis assez hétérodoxe pour déclarer qu’en tant que lecteur d’Austen, Je suis du parti qui se sent si nous voulons avoir deux femmes, nous allons avoir soit des images véritablement efficaces, ou l’un des nombreux stills efficaces des films récents, comme dans les couvertures de la Signet 1995 et 1996 Everyman. Même un paysage redolent de pittoresque ou un point crucial dans l’histoire des Dashwoods suffirait. Ce dernier choix est rare, bien que le Norton 2002 ait choisi Paysage de Devonshire par William Payne (vers 1780). Ce que j’ai particulièrement aimé dans l’essai de Margaret Doody dans ce nouvel Oxford, c’est qu’elle démontre la conception de l’intrigue, les apogées, et une grande partie du texte du roman est autant sur la vie sociale, la relation des femmes avec les autres femmes, l’injustice économique, et les hypocrisies esthétiques et l’affectation que c’est une histoire d’amour. Broché: 384 pages Éditeur: OUP Oxford; Rév. Ed. / édition (17 avril 2008) Langue: Anglais ISBN-10: 0199535574 ISBN-13: 978-0199535576 Rrp: £4.99 Ellen Moody, maître de conférences en anglais à l’Université George Mason, a compilé les calendriers les plus précis pour le travail de Jane Austen, à ce jour. Elle a créé des chronologies pour chacun des six romans et les trois fragments de romans inachevés. Elle travaille actuellement sur un livre, The Austen Films. Visitez-lui site internet pour d’autres articles liés à Austen.