Aller au contenu

Panier

Votre panier est vide

Article: Jane par tout autre nom - les traductions néerlandaises de Jane Austen

Jane By Any Other Name - The Dutch Translations of Jane Austen - JaneAusten.co.uk
Dutch translation

Jane par tout autre nom - les traductions néerlandaises de Jane Austen

Les traductions néerlandaises de Jane Austen

Jusqu'en 1870, l'année où James Edward Austen-Leigh a publié ses mémoires, Jane Austen, était, selon les mots de la Colombie-Britannique. Southam "n'a jamais considéré comme une romancière populaire et elle n'a pas attiré beaucoup d'attention des critiques victoriens et des historiens littéraires". Il n'est donc pas surprenant qu'il ait pris beaucoup de temps avant que ses œuvres ne deviennent disponibles en traduction à l'étranger, contrairement à celles de Scott et des principaux romanciers victoriens, dont les œuvres ont rapidement trouvé de nombreux traducteurs sur le continent. Ensuite, Southam affirme qu'elle n'était "pas une romancière européenne", qu'il attribue au fait que "la qualité inhérente à son ton et à son style était intraduisible". Ce n'est qu'au cours du siècle dernier que ses œuvres ont trouvé des interprétations dans une grande variété de langues, y compris les néerlandais. Cet essai cherche à offrir des informations internes sur ces traductions néerlandaises ainsi qu'à évaluer leurs mérites et, si possible, à cartographier la réponse critique qu'ils ont reçue.

La première traduction néerlandaise d'une œuvre de Jane Austen a été publiée en 1922. intitulée Gevoel en verstand (sens et sensibilité (1811)), il a été publié par le "Maatschappij Voor Goede en Goodkope" basé à Amsterdam ("Society for Bood and Cheap Literature") dans sa série "Werelbibliotheek" ("World-Library"), qui avait été établie par le Dr L. Simons (1862-1952) en 1905 dans le but exprès de mettre à disposition des éditions bon marché des œuvres les plus exceptionnelles de la littérature mondiale. Étant donné que sa fondation "werelbibliotheek" devait émettre des centaines d'œuvres étrangères indigènes et traduites en millions d'exemplaires. Avant Gevoel en verstand, cette série avait publié plusieurs traductions notées de poètes anglais, notamment la traduction d'Hélène Swarth de l'Elizabeth Barrett Browning Sonnets portugais (1915) ainsi que le rendu hollandais d'Alex Gutteling de paradis perdu (1912).

Le prix de chaque copie de cette série populaire était en effet compétitif, à savoir environ 1 Florin néerlandais. La traduction de Sens et sensibilité a été fabriqué par Hillegonda van Uildriks, alias Gonne Loman-Van Uildriks (1863-1921), une poétesse en herbe, mais principalement connue sous le nom de traducteur professionnel, qui avait déjà fourni plusieurs traductions néerlandaises de littérature anglaise, y compris des œuvres de H.G. Wells, R.L. Stevenson , J. Ruskin, E.A. Poe, H. Walpole etc. Gevoel en verstand a été préfacé par une introduction, qui mérite d'être mis en évidence, car c'est l'un des premiers commentaires néerlandais sur le génie de Jane Austen. Ce compte de deux pages d'un éditeur anonyme, mais presque certainement du stylo du Dr Simons, a entrepris de esquisser une brève vie de Jane Austen, soulignant les difficultés qu'elle avait rencontrées pour faire publier ses romans. Il a ensuite caractérisé la "grande qualité" de son travail comme suit:

C'est l'observation ironique subtile de la vie contemporaine de la classe moyenne et de son pouvoir pour rendre cette absorption sans aucun artifice romantique. Ses personnages et leur environnement vivent pour nous dans une pureté totale, et en son temps, dans lequel tout a été romancé, cette qualité a été une si grande surprise que même le maître romantique Walter Scott l'a félicité avec solitude. Il n'y a pas de fiction anglaise qui nous pousse autant que Jane Austen en raison de son affinité avec notre propre littérature néerlandaise.
Fait intéressant, ce critique a comparé Jane Austen avec Betje Wolff (1738-1804) et Aagje Deken (1741-1804), tous deux écrivains néerlandais, qui en collaboration ont publié des romans célèbres toujours considérés comme des classiques dans la littérature néerlandaise. Mais le travail de l'auteur anglais, il a poursuivi en disant: "est plus pur en son absence de toute sentimentalité". Nous devons attendre jusqu'en 1946 pour la traduction néerlandaise suivante de l'un des romans de Jane Austen, à savoir Trots en vooroororal (fierté et préjugés (1813)), publié par l'éditeur flamand Jos Philippen de la firme plus basée à Diest "Pro Arte". La traduction avait été affectée au Dr Fr. Verachtert (1900-1988), un écrivain flamand de nouvelles régionales, qui a également fourni des traductions en anglais et allemande. Il a offert une introduction à Trots en vooroordeel, qui a abordé certaines remarques critiques sur l'art d'Austen digne d'attention. Verachtert a stylé la "force" d'Austen comme mensonge
dans la délimitation des personnages, en particulier de la nature féminine. Elle réalise une forte délimitation en enregistrant des incidents et des traits triviaux de la vie quotidienne commune des gens de la classe moyenne et de la basse aristocratie. Ses personnages sont toujours dessinés d'une main très ferme et précise et ils sont magistralement soutenus au cours du récit. Ils ne sont jamais colorés par la propre personnalité de l'auteur. Jane Austen fait preuve d'un détachement suffisant pour son travail pour ne pas faire agir ses personnages selon sa propre nature ou ses propres théories. La vie pour elle est en général attrayante et les imperfections qu'il affiche, sont décrites avec un humour doux. Des explosions de sentiments profonds se produisent rarement dans ses œuvres. En bref, elle est détachée et réservée, deux qualités qui indiquent une forte maîtrise de soi, ce qui profite généralement au travail créatif.

Verachtert cite en outre la critique bien connue de Scott de Emma (1815) dans le Revue trimestrielle de 1816, faisant également référence à l’admiration par Coleridge et Southey de son travail. Trots en vooroordeel a présenté une illustration, une gravure faite par l'artiste de renommée internationale Nelly Degouy (1910-1979), qui au cours de ces années a gravé de nombreuses illustrations à des éditions bibliophiles.

Trois ans plus tard, en 1949, la société d'édition Het Kompas d'Anvers, a sorti une traduction de EMMA (Emma (1815)) Dans sa série "De Feniks" ("The Phoenix"), qui, mis en place au début des années 1930, a fait ressortir des travaux d'important, principalement flamandants, ainsi que de nombreuses traductions de romans étrangers célèbres, notamment de Tolstoy Anna Karenina, Thackeray Henry Esmond, Kipling La lumière qui a échoué, Wilde Le portrait de Dorian Gray, Conrad La ligne d'ombre, etc. Het Kompas a expiré à la fin des années 40. La interprétation de Emma a été fabriqué par Johan Anton Schroeder (1888-1956), diplômé en langues classiques de l'Université d'Amsterdam, qui est devenue un auteur polyvalent sur l'antiquité ainsi qu'un traducteur réputé. HET Spectrum, créé à Utrecht en 1935, a été l'une des premières sociétés d'édition néerlandaises aux Pays-Bas à lancer des éditions de poche néerlandais, qui se sont poursuivies après la guerre sous le nom de "Prisma Pockets".

Cette série extrêmement populaire, dont une copie était initialement disponible chez 1 Dutch Florin uniquement, devait offrir un grand nombre de classiques en traduction, dont plusieurs œuvres de Jane Austen. En 1954, la maison a publié Meisjeshoofd en meisjeshart (sens et sensibilité (1811)), en tant que poche Prisma, en fait une réimpression du 1922 Werelbibliotheek Gevoel en verstand. Cette interprétation s'est bien vendue, car elle a atteint trois éditions. Dans les années 1980, en particulier, HET Spectrum a sorti quatre traductions des romans de Jane Austen en livre de poche. En 1980 Emma a été publié dans une traduction par Carolien Polderman-de Vries, que je n'ai pas pu identifier. À ce travail, une postface a été apposée, signée par un Jenny Leach-Reitsma, qui a brièvement décrit la montée du roman anglais au XVIIIe siècle, mentionnant ainsi ses praticiens les plus célèbres. Mais Jane Austen a, a soutenu Leach-Reitsma, "les a tous excellés" dans ses chefs-d'œuvre. Leur construction passionnante, leur aperçu de la nature humaine et de leur style brillant sont des qualités qui ne deviennent pas obsolètes comme l'évolution des règles de conduite, et les œuvres de Jane Austen restent d'un intérêt actuel et sont largement lues ". Emma lui-même, Leach-reitsma décrit le roman comme "un bon exemple d'une structure étroite, dans laquelle toutes les fractions contribuent indispensable à l'accumulation et à la tension de l'ensemble; chaque scène, chaque conversation, explique ou développe l'intrigue", ajoutant que les «pouvoirs d'observation aigus d'Austen combinés avec sa perspicacité psychologique claire et surtout son sens pour l'humour lui permettent de pénétrer profondément dans la nature humaine». Un tel commentaire doit avoir grandement familiarisé le génie de Jane Austen à un grand public néerlandais. La même année, 1980, Prisma est sorti avec Waan en Eigenwaan (fierté et préjugés (1813)) Dans une traduction de W.A. Dorsman-Vos, un traducteur professionnel prolifique, qui a fourni les traductions néerlandaises de, entre autres, de George Eliot’s Le Moulin sur la Flosset des romans de Margaret Drabble et V.S. Naipaul. Elle a également offert des luccutions d'introduction remarquables sur Jane Austen, intitulée "Jane Austen et son temps - Jane Austen dans le Times".

Il n'est pas nécessaire de s'attarder sur ses commentaires en détail. Il suffit de dire que cela révèle une connaissance étroite avec la carrière de Jane Austen et la réception de ses œuvres. Mais peut-être citer quelques remarques frappantes de sa pièce peut être en place. Dorsman-Vos décrit Waan en eigenwaan En tant que "roman pur", c'est-à-dire, un récit structuré sur les personnes reconnaissables avec des réactions reconnaissables les unes aux autres et aux circonstances et aux incidents.

Qu'après deux siècles, le lecteur s'identifie toujours aux personnages de ses romans est une preuve abondante de sa maîtrise. Et la révolution industrielle, Dorsman-Vos spécule: "Comment ses livres auraient l'air, alors qu'elle aurait incorporé cette tourmente dans sa fiction, on ne peut que deviner, mais ils auraient certainement perdu quelque chose de leur pureté et ils auraient été plus ancré dans l'histoire et serait donc devenu plus rapidement obsolète ". En 1882, Prisma a publié Verstand en onverStand (sens et sensibilité), Rendu à nouveau en néerlandais par Mme Dorsman-Vos et elle a de nouveau fourni une postface intéressante, qui se concentrait sur les qualités les plus saillantes de l'art de Jane Austen. "Jane Austen était une auteur née", écrit-elle, "qui s'était installée la tâche d'enseigner la connaissance de soi à ses contemporains en leur tenant un miroir, souvent un miroir riant". "She Sobre Lawdness", continue Dorsman-Vos ", se révèle à maintes reprises dans la construction claire de ses romans. Chaque personnage, chaque scène reçoit sa fonction; chaque avènement, chaque sortie est soigneusement placée et a sa fonction.

Elle pratique une autodiscipline cool avec les moyens qu'elle utilise pour donner à ses personnages de la profondeur et rendre les incidents crédibles "et" les moyens employés par Jane Austen sont du contraste et de l'ironie ". Enfin, en 1983, Prisma a publié Mansfield Park (Mansfield Park (1814)), une fois de plus traduite par Mme Dorsman-Vos et, une fois de plus, elle a écrit une coda perceptive, qui a décrit l'intrigue du roman ainsi que le sort des femmes au début du XIXe siècle.

Sans surprise, diverses sociétés d'édition néerlandaises ont tenté de profiter de Jane Austen par désormais énorme succès aux Pays-Bas et en Flandre. En 1980, l'éditeur basé à Utrecht, L.J. Veen, depuis 1887 se spécialise dans l'impression de célèbres auteurs néerlandais et flamands ainsi que des classiques de la littérature mondiale, ont fait ressortir dans sa série "Amstelpaperbacks" Trots en vooroororal (fierté et préjugés) Dans une traduction par H.E. Van Praag, qui reste non identifié. Il n'y a pas eu de remarques d'introduction, mais le livre de livre a annoncé avec éloquence le roman dans les termes suivants: "Les caractérisations, la description des relations mutuelles et l'image de l'âge que ce livre offre, fait des trots en vooroordeel l'un des meilleurs romans Dans la littérature anglaise ". L'année suivante, "Amstelpaperbacks" a offert une belle réédition dans le dossier de J.A. La traduction de Schroeder en 1949 de Emma. Au cours des deux décennies suivantes, le nombre de traductions néerlandaises des œuvres de Jane Austen a considérablement augmenté, en particulier après la sérialisation télévisée extrêmement populaire de Fierté et préjugés ainsi que les productions de films triomphants deSens et sensibilité, persuasion, et Emma. En 1994, Boekwerk de Groningen a publié Verstand en gevoel (sens et sensibilité) Dans une traduction d'Elke Meiborg, qui après son diplôme d'anglais à l'Université de Groningen en 1990, a pris le travail d'un traducteur indépendant, offrant des interprétations néerlandaises de Jane Austen, des sœurs Brontë, Elizabeth Gaskell et quelques nouvelles de Katherine Mansfield. Meiborg a fourni une note d'introduction à Verstand en gevoel, qui a succinctement caractérisé l'art d'Austen comme suit: L'auteur met l'accent sur "les relations mutuelles des personnages ou de leur relation avec un thème particulier. Austen adopte une attitude moraliste dans tout son travail, mais garde à l'écart de toute sentimentalité.

De sa propre manière perceptive raffinée, elle analyse ses personnages, leurs motivations plus profondes et leurs manières de pensée. Subtile et pleine d'ironie, elle témoigne de son mépris pour des qualités telles que l'égoïsme et la stupidité. "Cette publication s'est déroulée à quatre éditions. En 1996, la même maison a fait ressortir Surprendre (persuasion (1818)), encore une fois dans une traduction d'Elke Meiborg. La couverture du livre comprenait une copie fine d'une image intitulée "Veeel Vindet", peinte par le célèbre artiste norvégien Hans Olaf Heyerdahl (1857-1913) en 1881. L'introduction à la traduction a pris le dessus sur celle de celle de celle de celle de celle de celleVerstand en gevoel, ajoutant un synopsis de l'intrigue du roman. Mlle Meiborg m'a dit que sur ses traductions, environ 5 000 à 6 000 exemplaires avaient été imprimés, ce qui est une énorme quantité de production de livres dans les pays basses. En 2000 pas moins de trois traductions néerlandaises de Emma étaient en circulation. Pandora Klassiek a publié le rendu à l'ancienne du roman et la célèbre société d'édition Athenaeum Polak et Van Gennep ont lancé une nouvelle version à dos dur imprimé magnifiquement de Emma, de la plume d'Annelies Roeleveld, qui a été assistée par Margret Stevens. Mlle Roeleveld, angliciste en s'entraînant avec un intérêt particulier pour la linguistique anglaise et actuellement connectée en tant que chercheur à l'Université d'Amsterdam, a également été si gentille pour me fournir des détails sur cette belle édition. 3 000 exemplaires ont été imprimés, qui ont tous été épuisés de sorte qu'en 2001, une deuxième édition en livre de poche a été apportée, ce qui, à nouveau, comme Roeleveld m'a dit, a été presque épuisé

. Karen van Velsen a décrit cette version néerlandaise de Emma comme "comparable dans tous les aspects avec l'original. En bref, un plaisir à lire!" Fait intéressant, la traduction de Roeleveld de Emma a été utilisé en 2000 par la société d'édition basée sur La Haye XL pour une publication imprimée en capitales pour des lecteurs visuellement handicapés. Enfin, en 2000, The Dutch Reader’s Digest, dans sa série "The World’s les plus aimés Books", a sorti une édition cartonnée de Verstand en onvertand, dans la traduction de W.A. Dorsman-Vos. Pour autant que je sache, c'était le seul livre néerlandais Austen qui présentait plusieurs gravures, réalisées par Hugh Thomson (1860-1920), l'illustrateur bien connu des classiques anglais. Rétrospectivement, malgré l'intérêt assez tardif des éditeurs flamands et néerlandais d'offrir un Austen traduit à leur public, du milieu des années 40, il pourrait savourer ses principales œuvres en traduction à l'exception de l'exception de Abbey de Northanger (1818). Interprétations néerlandaises de Sens et sensibilitéFierté et préjugés, et Emma est devenu largement disponible à partir des années 1980. Il ne fait aucun doute que la sérialisation télévisée réussie et la version cinématographique de plusieurs des œuvres de Jane Austen ont considérablement contribué à la diffusion de sa fiction traduite dans les pays bas, une opinion également adoptée par Mlle Meiborg dans sa communication privée avec moi. Ceci est une réflexion après coup. Les adaptations cinématographiques et télévisées de la fiction de Jane Austen ont apparemment aiguisé l'appétit du lecteur pour aller aux œuvres imprimées.

****

"Jane par tout autre nom - les traductions néerlandaises de Jane Austen" est écrite par le professeur Oskar Welens de l'Université libre de Bruxelles, en Belgique.

1 commentaire

Hello,
I have just come across an article you published about Mrs Dorsman-Vos and her translations ofr Jane Austin. Would you by any chance know whether Mrs. Dorsman-Vos is still alive and if so, how she can be contacted? She translated quite a few works by my grandmother, Jean Rhys. Any information would be most welcome, including whether she has any family or heirs.
Thank you
Ellen Moerman

Ellen Moerman

Laisser un commentaire

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés.

En savoir plus

Captured by Jane : An Exhibit at The Morgan - JaneAusten.co.uk
2010

Capturé par Jane: une exposition au Morgan

Un examen de l'exposition 2009-10 à la Morgan Library, New York, avec texte, images et son.

En savoir plus
Jane Austen

Emma l'Imaginiste

Emma et Harriet découvrent la portée et les limites de l'imagination.

En savoir plus