Qu'est-ce que le discours indirect libre?

Comment Jane Austen permet à ses personnages de se tromper: Style indirect gratuit et pourquoi c'est important

Pli central d'un livre

Lorsque Jane Austen écrivait ses romans, à la fin du dix-huitième et au début du dix-neuvième siècle, elle écrivait ayant eu peu d'éducation formelle à proprement parler. Elle n'était pas non plus issue d'une famille extraordinairement artistique, et pourtant, dans ses écrits, elle accomplissait elle-même quelque chose d'extraordinaire. Elle écrivait dans un style nouveau et émergent qui changeait ce qu'il était possible d'accomplir avec l'art de la narration. Ce style d'écriture est ce que l'on appelle maintenant le style indirect libre (ou discours indirect libre / discours indirect libre).

Le discours indirect libre est une forme de narration écrite à la troisième personne tout en conservant certains éléments essentiels d'un narrateur à la première personne. L'auteur peut ainsi décrire le fonctionnement interne de leurs personnages; leurs émotions et pensées privées, tout en restant à distance d'observation. Cela permet au narrateur de "fouiller" dans les pensées de tout personnage de son choix. Le style Free Indirect permet à l'auteur de réussir en quelque sorte à combiner l'objectivité détachée d'une narration à la troisième personne avec la voix personnelle, biaisée et souvent préjugée d'un narrateur à la première personne.

Austen utilise cette méthode de narration pour nous donner un aperçu vivant des mondes intérieurs de ses personnages. Parfois pour nous faire comprendre leur douleur et leur embarras, parfois pour rire d'eux et très souvent pour nous faire comprendre à quel point les gens peuvent être malavisés et ridicules face à leurs propres émotions. Le soir où Marianne Dashwood a été abandonnée pour la première fois par Willoughby, Jane Austen décrit comment sa jeune héroïne décide de vivre selon ses principes romantiques.

 

«Marianne se serait cru très inexcusable si elle avait pu dormir la première nuit après s'être séparée de Willoughby.

Elle aurait eu honte de regarder sa famille en face le lendemain matin, si elle ne s'était pas levée de son lit dans un plus grand besoin de repos que lorsqu'elle s'y couchait. (Ch. 16)

 

Ceci est un exemple assez subtil de l’utilisation par Jane Austen du Free Indirect Style, mais nous raconte en quelque sorte la façon dont Marianne voit ses devoirs de femme amoureuse privée. Austen donne un aperçu supplémentaire de la façon de penser de l’adolescente Marianne en décrivant son attitude à l’égard de l’état d’esprit et du corps du colonel Brandon, étant un homme dans la trentaine.

 

«(…) Elle était assez raisonnable pour admettre qu'un homme de cinq ans et trente ans aurait pu survivre à toute acuité de sentiment et à tout pouvoir exquis de jouissance. Elle était parfaitement disposée à tenir compte de l’état de vie avancé du colonel dont l’humanité avait besoin. » (Ch.7)

 

Les deux exemples ci-dessus sont écrits du point de vue d'un narrateur à la troisième personne, mais la voix du narrateur parle par la bouche du personnage, parlant comme ils le feraient même quand ils ne disent rien à haute voix. La compréhension de Marianne du personnage du colonel Brandon est vouée à changer au fur et à mesure que l’histoire se déroule, et c’est un récit en soi. Le voyage de l’esprit et du personnage de Marianne est une histoire qui se déroule en deux volets; à la fois à l'extérieur, dans la forme de ses actions et de son discours, ainsi qu'à l'intérieur, ce qu'Austen fait allusion de manière subtile et ludique tout au long du roman.
    

De même, l'une de nos héroïnes Austen les plus égarées, Emma, ​​est vouée à un changement d'avis sur les sentiments et les motivations des gens qui l'entourent. Jane Austen nous présente l’une des illusions et des erreurs de calcul d’Emma lorsqu'elle décrit une rencontre entre Emma et Frank Churchill.

 

«Il s'est arrêté de nouveau, s'est levé de nouveau et a semblé assez embarrassé. Il était plus amoureux d'elle qu'Emma ne l'avait supposé; et qui peut dire comment cela aurait pu se terminer si son père n'avait pas fait son apparition?
M. Woodhouse suivit bientôt; et la nécessité de l'effort le rendit calme. (Ch.12)

 

Ici, Austen décrit l'action de la scène; Emma et Frank Churchill sont seuls quelques instants avant que leurs pères n'apparaissent. Frank semble agité et timide. Ce sont des observations que tout écrivain aurait pu faire dans un tel cas, mais Austen va plus loin en ajoutant l’interprétation d’Emma du comportement de Frank. À ce stade du roman, Emma a déjà décidé qu'elle croyait que Frank était amoureux d'elle, et Austen ne fait pas grand-chose pour la corriger. Elle ne donne pas suite à cette description indirecte de la pensée d’Emma, ​​en disant directement au lecteur qu’elle se trompe sur les sentiments de Frank. Comme Marianne, Emma doit partir en voyage pour apprendre l'erreur de sa façon de penser et de son regard sur le monde qui l'entoure. C'est un voyage sur lequel nous, les lecteurs, progressons. Bien que nous sachions peut-être qu'Emma se fait des illusions, nous la suivons, au loin, en la regardant et en priant pour qu'elle apprenne bientôt à être plus sage.

Comme mentionné précédemment, le style indirect libre permet à Austen de relayer les pensées et les sentiments les plus intimes de l'un de ses personnages depuis sa position confortable et à vol d'oiseau de l'auteur omniscient, et ce ne sont pas seulement les pensées de ses héroïnes qu'elle permet à ses lecteurs de mieux comprendre. Si l'héroïne choisie est celle sur laquelle les yeux du narrateur reposent pour la plupart des romans, il y a des moments où Austen nous laisse entrevoir les pensées de ceux qui les entourent. Cela peut être particulièrement efficace lorsqu'il s'agit de l'amour-intérêt masculin de notre héroïne. Par persuasion, le capitaine Wentworth vient de revenir dans la vie de son vieil amour Anne Elliot, lorsque Jane Austen résume ainsi ses sentiments à son égard.

«Il avait pensé qu'elle était misérablement modifiée et, au premier moment de l'appel, avait parlé comme il le ressentait. Il n'avait pas pardonné à Anne Elliot. Elle l'avait mal utilisé, abandonné et déçu; et pis, elle avait montré une faiblesse de caractère en le faisant (…) Il lui avait été très chaleureusement attaché, et n'avait jamais revu une femme depuis laquelle il la croyait égale; mais (…) il n'avait aucune envie de la revoir. Son pouvoir avec lui avait disparu pour toujours. (Ch.7)

 

Nous savons que cette déclaration finale est fausse ceux d’entre nous qui ont lu la fin du roman, mais ce sont peut-être les deux mots «et pire» qui nous disent que le narrateur dit l’esprit du capitaine Wentworth et montre son propre processus de auto-illusion. Ces deux mots ont un degré de subjectivité en eux, qui doit sans doute appartenir à un personnage de l'histoire plutôt qu'à l'auteur objectif et détaché elle-même. C'est aussi la partie du roman où nous nous éloignons du capitaine Wentworth, et nous devons attendre avec Anne elle-même que la vérité de ses propres sentiments lui devienne apparente et qu'une heureuse conclusion s'ensuit.


Ainsi, Austen utilise la parole indirecte gratuite pour enrichir son récit et approfondir l'interaction de son lecteur avec ses personnages. Peu d'écrivains avant son temps auraient écrit de cette manière innovante et créative. Elle a en effet été l'une des toutes premières à le faire bien avant que ce style d'écriture n'ait un nom. En résumé, Jane Austen était une écrivaine brillamment qualifiée et intelligemment rusée, mais aucun de nous n'a été trompé sur ce fait.


Étions-nous?

Anna-Christina Rod Østergaard est une étudiante universitaire de 26 ans, qui prépare actuellement une maîtrise en anglais et en philosophie à l’université d’Aalborg au Danemark. Elle rlit chaque roman d'Austen au moins une fois par an et lit rarement un livre vieux de moins d'un siècle. Elle est une passionnée d'histoire, de littérature, de folklore, de contes de fées et, bien sûr, de Jane Austen. Si, comme Anna-Christina, vous souhaitez apporter une contribution au blog de Jane Austen, lisez nos instructions pour Soumettre un blog