Mr. Darcy’s Secret par Jane Odiwe

 
« À peu d’exception, l’anticipation d’un événement tant attendu et désirant donnera toujours autant, sinon plus de plaisir, que la diversion elle-même. Morever, c’est une certaine vérité que peu importe comment gratifiant une telle occasion peut s’avérer être, il ne sera pas nécessairement unir la perspective et la satisfaction dans un accord égal.
Une fois de plus Jane Odiwe (Lydia Bennet’s Story, Willoughby’s Return) plonge profondément dans la Régence pour donner vie à des scènes des romans d’Austen. Son troisième livre, Le secret de M. Darcy suit la fortune des Darcy et des Bingley alors qu’ils se lancent dans leur nouvelle vie de maris et d’épouses. Le livre commence avec M. et Mme Darcy se rendant à Pemberley pour commencer leur nouvelle vie. En tant qu’épouse de M. Darcy, Lizzy est confiante que « le connaissant mieux, sa disposition était mieux comprise ». Mais comprend-elle vraiment sa disposition ? A-t-il subi un changement aussi important? Ne pose-t-il en effet aucune fierté inappropriée ? Pourra-t-elle répondre aux exigences d’être « Maîtresse de Pemberley ». Comme elle devient « familièrement aquainted avec les chambres, se réjouissant en eux comme sa maison, accueillant pour eux des visiteurs tels que sa tante et son oncle », un nuage plane sur son bonheur. Ayant décidé d'«agir de cette manière, ce qui constituera son propre bonheur, sans référence à une personne si totalement sans lien avec elle », Lizzy doit faire face à des retombées de Lady Catherine DeBourgh et ses copains; les commérages du village menacent de mar sa sérénité et Georgiana, si désireux de plaire à son frère, lutte avec un cœur capricieux et aimant, qui refuse de se plier à son auto-commandement. Des salons du Hertforshire aux délices d’un bal de Noël dans le Derbyshire et d’une escapade dans le Lake District, la scène est mise en scène pour une autre incursion dans jane Austen Orgueil et préjugés, en continuant à jouer avec les « et si » et « pourquoi pas », qui persistent après « le jour où Mme Bennet s’est débarrassée de ses deux filles les plus méritantes. » Un rêve devenu réalité pour tous ceux qui souhaitent qu’il n’y avait que quelques pages de plus, un aperçu de plus dans la vie du couple de pouvoir le plus aimé d’Austen. Le titre est Le secret de M. Darcy, et le mystère et le drame abondent--- après tout, qui est Maître Tissington? Tittle-tattle local suggère qu’il est un héritier de Pemberley, mais par qui? Quelqu’un est déterminé à ne pas laisser le passé mourir. Les lettres oubliées depuis longtemps, vestiges d’un amour passé, peuvent contenir la réponse, mais ce n’est que jusqu’à ce qu’un maître-chanteur menace de dire tout ce que la clé du Secret de M. Darcy est découverte, la vérité découlant de la source la plus inattendue. En réalité, cependant, ce n’est pas tant Le secret de M. Darcy, comme Miss Darcy’s Secret, car c’est vraiment l’histoire de Georgiana. Lizzy est peut-être notre héroïne, mais avec la délicate compétence d’un artiste pour révéler les détails, un coup de pinceau à la fois, Mme Odiwe crée une histoire fascinante d’amour et de trahison. De nouveaux personnages sont introduits, dont le propriétaire foncier audacieux, M. Calladine et le jeune Thomas Butler, un jeune paysagiste impétueux, fils de l’ancienne amie d’école de Mme Gardiner. Qui gagnera la main de Georgiana, une jeune femme déterminée à ne pas laisser son cœur l'égarer une seconde fois? Les vieux amis ne sont pas oubliés non plus. M. Collins et Charlotte apparaissent fréquemment, avec leur rameau d'olivier, la jeune Catherine (une belle fille, et aussi différente de son noble homonyme que décembre à mai) Les sœurs de M. Bingley jouent des rôles pivitol tout comme la sœur et le beau-frère d'Elizabeth, Lydia et George Wickham. Les Gardiners apparaissent à plusieurs reprises pour stabiliser les Darcy dans leur nouvelle vie et apporter du bon sens et des conseils au jeune couple. Le personnage peut-être le plus charmant que j'ai trouvé, cependant, était Mme Bennet, car ici, l'oreille de Mme Odiwe pour l'écriture de Jane Austen est impeccable. On peut simplement entendre Mme Bennet (et son mari endurci) prononcer ses lignes alors qu'elle prend vie sur les pages. Il convient donc qu'elle reçoive à la fois le premier et le dernier mot de ce roman. Malgré ses humeurs, ses nerfs et ses bavardages, elle reste en sécurité, sachant qu'elle a fait tout ce qu'une mère peut pour ses enfants:
«Mon travail a été très productif. Si j'avais été content de laisser mes filles suivre leur cœur bon gré mal gré, elles n'auraient pas fait les matchs qu'elles ont. Jane et M. Bingley, Lizzy et M. Darcy, Lydia et M. Wickham, Kitty et M. Lloyd… »
Mme Odiwe brille par sa capacité à écrire véritablement sur les subtilités des relations familiales. Comme elle l'a fait dans Le retour de Willoughby, elle détaille les difficultés des premières années de vie conjugale d’un jeune couple avec délicatesse et perspicacité. Les frustrations et les fascinations de découvrir que parfois vous connaissez à peine la personne que vous avez épousée doivent être presque universelles. La solidarité des Darcys face à chaque épreuve avec un front uni, la détermination de Lizzy à faire confiance à son mari et l’admission par Fitzwilliam de ses propres décisions trop hâtives doivent être un modèle pour chaque jeune couple débutant. La route n'est pas lisse, ni la voie simple, mais le véritable amour doit et gagnera la journée. Érudit de la période Régence, ainsi qu'artiste elle-même, Mme Odiwe est capable de brosser un tableau de l'époque de Jane Austen avec des traits habiles qui donnent vie aux coutumes et aux mœurs du jour. Ses descriptions du Lake District sont véhiculées avec un enthousiasme et une familiarité qui vous donnent l'impression d'être là au milieu des rochers sauvages et des pics brumeux. Comme pour ses livres précédents, j'ai déchiré ce roman (au détriment de quelques projets ménagers!) Et j'ai hâte de voir le jour où je pourrai partager ses œuvres avec mes propres petites filles. C'est un plaisir de trouver un auteur dont le travail est non seulement bien conçu mais exécuté avec goût, assez modeste même pour le plus jeune lecteur. Jane Odiwe est auteur et artiste. Elle est complètement obsédée par tout ce qui concerne Austen et est l’auteur de Lydia Bennet’s Story et Willoughby’s Return, et auteure et illustratrice d’Effusions of Fancy, composé de plusieurs croquis annotés de la vie de Jane Austen. Elle vit avec son mari et ses trois enfants au nord de Londres et à Bath, en Angleterre. Vous pouvez acheter votre propre exemplaire dans notre boutique de cadeaux Jane Austen - cliquez sur ici. PRIX: £9.99 Broché: 368 pages Éditeur: Sourcebooks, Inc (25 févr.2011) ISBN-10: 1402245270