Le chemin du monde / Mr. Les filles de Darcy par Elizabeth Aston

Imaginez juste Fitzwilliam Darcy, qui avait ouvertement critiqué les compétences parentales de M. Bennet, aux prises avec cinq filles entêtées en âge de se marier, ou proches de celle-ci. Imaginez en outre que M. et Mme Darcy ont été appelés à Constantinople pour une mission diplomatique, laissant ces filles en liberté sur le tonne sous les auspices d'un chaperon frivole, et vous avez la prémisse du roman d'Elizabeth Aston. L'absence de Darcy et Elizabeth est palpable; leurs filles manquent à leurs conseils, et les lecteurs les manquent tout simplement. Les personnages restants de Orgueil et préjugés sont presque méconnaissables: le colonel Fitzwilliam, un simple monsieur maintenant, a vendu les habitués, est devenu député, et a acquis un sens primitif de convenance qui ne rappelle rien du gentilhomme qui charmait Elizabeth à Rosings. Mme Aston nous raconte aussi que Wickham est mort à Salamanque - curieux, depuis le dernier chapitre de Orgueil et préjugés indique clairement qu'il a survécu à la guerre - et que Lydia est maintenant mariée à l'un des intimes du prince régent, ce qui la met en mesure de présenter ses nièces à un ensemble un peu plus rapide que leurs parents avaient sans aucun doute prévu. Ces manquements conformément à Orgueil et préjugés réconciliez-vous avec l'absence de M. et Mme Darcy, car on craint de penser quelles déprédations de caractérisation auraient pu leur être infligées s'ils n'avaient pas été renvoyés. L'ancienne Caroline Bingley est aussi aiguisée que jamais, mais malheureusement, une sous-intrigue prometteuse impliquant son beau-fils à la mode mais immoral est autorisée à se répandre sans grand avantage. Orgueil et préjugés les fans auront du mal à lire Le chemin du monde / Mr. Filles de Darcy sans souhaiter que les Darcys reviennent en Angleterre et donnent un peu de sens à leur progéniture; en effet, ils se demanderont comment certaines de ces filles sont sorties des reins du Darcy et d'Elizabeth que nous avons appris à connaître. Mme Aston ajoute une abondance de nouveaux personnages au mélange. Le lecteur a parfois du mal à les garder droites, et il semble que l'auteur le fasse aussi; ou du moins elle ne semble pas savoir quoi faire de tous. Plusieurs personnages d'une certaine importance pour l'intrigue sont introduits puis rejetés une fois qu'ils ont atteint leur objectif, pour ne plus jamais être revus; un non-non d'auteur décrit par Jane Austen dans Abbaye de Northanger comme une violation des «règles de composition». On soupçonne que Mme Aston laisse de la place pour une suite, mettant peut-être en vedette la plus jeune Miss Darcy, qui est toujours officiellement dans la salle de classe pendant l'action du roman. On aspire aussi à apercevoir les jeunes frères, laissés à Pemberley avec leurs tuteurs. Malgré ces lacunes, le roman est une assez bonne lecture. Si l'on peut séparer le roman de son inspiration, cela en fait un roman historique très divertissant, bien meilleur que n'importe quel genre de romance de Regency. Mme Aston a établi le livre à la fin de la période de régence; si on accepte ça Orgueil et préjugés se déroule pendant la période pendant laquelle Jane Austen a écrit Premières impressions, le réglage de l'heure est parfaitement logique. Les mœurs politiques et sociales de l'époque sont bien décrites et commentées ironiquement, et les personnages affichent une connaissance et un intérêt plus larges pour le monde au-delà des frontières de l'Angleterre que n'importe lequel des personnages de Jane Austen. L'intrigue est convaincante et irrésistible. Malheureusement, le roman est basé sur Orgueil et préjugés, et aussi agréable que soit le livre, Janeite, bien informée, est finalement laissée à souhaiter une suite plus fidèle aux détails de l'original. Broché: 368 pages Éditeur: Livres Touchstone; (6 mai 2003) ISBN: 0743243978 Margaret C. Sullivan est la webmestre de Tilneys et trappes et pense que Mme Darcy aurait été le toast de Constantinople.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés