Orgueil et préjugés 2005 : Cendrillon rencontre M. Darcy

Est Orgueil et préjugés principalement une histoire de Cendrillon? La façon dont vous répondez à cette question pourrait bien déterminer si vous apprécierez ou détestez le film keira Knightley/Matthew Macfadyen de 2005. Lorsque vous passez du temps de qualité avec le roman de Jane Austen, lecteur doux, imaginez-vous l’épluchage de peinture de la maison de la famille Bennet ou d’imaginer le jardin arrière de Longbourn comme une basse-cour sale? M. Bennet potier sur la maison non lavée, non écorchée et non rasée ? Sa bibliothèque bien-aimée ressemble-t-elle aux restes d’une vente confuse ? On pourrait supposer que les Bennets pourraient faire mieux avec une succession qui leur est légalement propre et deux mille par an. Toutefois, il semble s’agir de l’interprétation du roman par le réalisateur Joe Wright comme d’un « drame réaliste social ». Cher moi. Et qu’en ferait Jane Austen ? La pauvreté, la crasse et l’effritement de la bonté ajoutent ce que Wright appelle « un peu plus de rue », si cela est jugé souhaitable. Mais qu’est-ce que « street » à propos de M. Darcy qui traverse un champ brumeux, chemise blanche avant agape, à la recherche de tout le monde comme Heathcliff à Wuthering Heights? Ou était-ce une tentative d’offrir Matthew Macfadyen comme un substitut chemise mouillée pour Colin Firth? D’autres choix semblent défier toute analyse. Pourquoi transformer M. Bingley (Simon Woods) en un idiot qui gélouille, quelqu’un qui n’est pas sûr d’être laissé sortir sans surveillance? Pourquoi Darcy se lierait-elle d’amitié avec un tel homme, et qu’est-ce qui pourrait inciter Jane Bennet (Rosamund Pike) à s’attacher à lui à vie ? Charlotte Lucas (Claudie Blakley) semble chanceuse en comparaison. La peur de Charlotte de la pauvreté et son acceptation résultante de M. Wrong est bien fait, si un peu trop dramatique, mais les acteurs du film ne sont pas à blâmer pour ses défauts. En effet, le casting semble presque impeccable. Knightley offre une performance crédible en tant qu’Elizabeth fougueuse, et Macfadyen n’a pas besoin d’avoir honte de son Darcy. M. et Mme Bennet (Donald Sutherland & Brenda Blethyn) reçoivent des relookings sympathiques. Un M. Bennet plus gentil et plus doux s’avère être un père compatissant et un mari amoureux pas entièrement indifférent à sa femme frowzy, careworn, et les nerfs pauvres de Mme Bennet méritent réellement une certaine compassion. M. Collins (Tom Hollander) n’a pas assez de temps à l’écran pour l’un des plus grands personnages comiques jamais créés. Lady Catherine s’en sorte un peu mieux, peut-être la décence commune l’exige, car le rôle est absolument parfait pour Dame Judi Dench, mais quand Lady Catherine descend sur Longbourn avec une vengeance, sa tirade est terminée trop tôt, et cette scène illustre l’une des faiblesses flagrantes du film. Le rythme est beaucoup trop rapide. Les personnages éclatent à l’écran, se dépêchent à travers leurs lignes et se précipitent avec une rapidité alarmante. On craint que beaucoup de talent ait été gaspillé dans la salle de coupe. La scène de danse entraînante était agréable, mais les tentatives maladroites d’ajouter la sexualité étaient ennuyeuses. Le repartee plein d’esprit du roman et la chimie entre Knightley et Macfayden suggèrent déjà assez, merci. Dans un film si manifestement en guerre contre ses contraintes de temps, la fascination d’Elizabeth pour une collection de statues nues à Pemberley a gaspillé de précieuses minutes et n’a rien ajouté, bien qu’un groupe de garçons de douze ans puisse être en désaccord. Mais était-ce le public imaginé? Et on se demande pourquoi il a été jugé nécessaire pour la caméra de s’attarder sur un cochon. Un cochon ? Vous pouvez bien demander. Les comparaisons avec l’adaptation télévisée de Jennifer Ehle/Colin Firth en 1995 sont inévitables. Certes, le délai de six heures de la BBC a ouvert un grand nombre d’occasions de dérouler l’histoire et de développer les personnages en accord avec l’intention d’auteur « léger, lumineux et pétillant ». Quand il a été annoncé pour la première fois qu’il y aurait un nouveau film hollywoodien de Orgueil et préjugés, votre humble serviteur était immédiatement sceptique. Pour citer M. Bennet dans le roman, « qu’y a-t-il de bon à attendre? » Mes propres préjugés fermement en place, je n’ai jamais-le-moins entré dans le théâtre agog avec curiosité, et, pour me donner du crédit, j’ai beaucoup apprécié le Bollywood 2004 Mariée et préjugés, donc je n’étais pas entièrement sans espoir. Orgueil et préjugés joué à une maison pleine, et certains membres du public semblait apprécier le film. D’autres, comme moi, l’ont trouvé un peu décevant, mais je pourrais bien aller le voir une deuxième fois et j’achèterai probablement le DVD dans la plénitude du temps. Je fais de telles choses; Que Dieu m’aide. Je ne peux que conclure que le spectateur doit finalement juger par lui-même, de sorte que cet examen se terminera par quelques mots de sagesse de M. Bennet : « Peut-être aimeriez-vous [le voir]. Je n’aime pas beaucoup ça. mais il faut le faire. Availble à acheter à notre boutique de cadeaux en ligne. Cliquez sur Ici! Sheryl Craig est professeur d’anglais à la Central Missouri State University. Elle poursuit actuellement un doctorat à l’Université du Kansas.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés