Maîtrise de soi et discipline par Mary Brunton

Maîtrise de soi et discipline par Mary Brunton

Si le nom de Mary Brunton sonne des cloches, vous pensez probablement à cette citation de Jane Austen:
Je regarde Maîtrise de soi encore une fois, et mon opinion est confirmée qu'il s'agit d'un Œuvre de bonne signification, élégamment écrite, sans rien de Nature ou de Probabilité. Je déclare que je ne sais pas si le passage de Laura sur l’American River n’est pas la chose la plus naturelle, la plus possible et la plus quotidienne qu’elle ait jamais faite.
Le prétendu manque de «nature ou probabilité» a depuis jeté une longue ombre sur le travail de Brunton: en fait, il semble être devenu l’opinion critique acceptée, à tel point que Brunton a tendance à être accusé de fautes qu’elle n’avait même pas. Avant de lire Maîtrise de soi (1811) et La discipline (1814), j'ai donc supposé que les romans étaient exagérés d'une manière gothique et sentimentale. (Plusieurs textes académiques et ouvrages de référence que j'ai examinés depuis fonctionnent sous la même illusion, ce qui me fait me demander si la plupart des universitaires lisent réellement les livres sur lesquels ils écrivent.) J'aurais vraiment dû prêter plus d'attention aux titres - quiconque aurait donné un potboiler sentimental un titre aussi rébarbatif que Maîtrise de soi? Ce qui a rendu le roman si irréaliste pour ses contemporains n’était pas les montagnes russes d’un complot mais son héroïne, Laura Montreville, que la Critical Review a surnommée une «sainte en jupons» dont «la fierté spirituelle est insupportable, et son langage rien d’autre qu’évangélique». Brunton était une méthodiste sans vergogne, et beaucoup considéraient ses romans comme (pour reprendre les mots de la Critical Review) des «palabres méthodologiques». Tout le monde n’était pas d’accord *, mais le «cant» religieux était loin d’être à la mode à l’époque - comme l’auteur elle-même le reconnaît lorsque ses personnages mineurs irréfléchis utilisent le mot «méthodiste» comme une insulte. L'accusation de surpuissance religieuse est justifiée - encore plus dans le cas de La discipline - mais je pense que regarder les œuvres comme de la propagande méthodiste leur rend aussi peu justice que de les juger pour une sentimentalité exagérée. Ce qui rend Brunton intéressant, c'est la façon dont elle utilise des tropes sentimentaux et des rebondissements titillants à ses propres fins morales, au point d'être accusée de plagier ses prédécesseurs du 18e siècle dans Self-Control. Ce genre de fiction peut être dangereux, comme le démontre un personnage mineur - `` N'ayant pas de caractère propre, Julia a toujours été, autant qu'elle le pouvait, l'héroïne que le dernier roman lu l'inclinait à incarner '' - mais comme il a sans aucun doute un pouvoir, ce pouvoir ne pourrait-il pas être exploité pour faire le bien? L'intrigue de Mary Brunton Maîtrise de soi est assez simple, mais très lisible: Laura Montreville est une fille belle et bien née, mais pauvre, des Highlands écossais. (Elle est aussi primitive et convenable qu'une salle remplie de religieuses carmélites, mais je pense que nous pouvons lui pardonner car elle fait elle-même une blague de sa `` formalité ''.) Elle est poursuivie par le colonel Hargrave, un libertin séduisant dont les intentions ne sont pas bien; et ne sachant pas mieux, la pauvre Laura tombe amoureuse. Il l'offense avec une proposition indécente, se rend compte de son erreur et lui fait une offre de mariage - une très bonne offre, tout bien considéré, mais Laura refuse, invoquant une incompatibilité morale et religieuse. Elle déclare qu'elle l'épousera au bout de deux ans, s'il a entre-temps réformé ses mauvaises manières et contemplé la Bible. (Irréaliste? Vous décidez.) Il dit oui, mais n'a pas l'intention d'attendre aussi longtemps - et Laura souffre d'appauvrissement, de maladie et de dépendance humiliante, tout en étant tourmentée par Hargrave, qui passe progressivement d'un ravageur extrêmement passionné à un crétin insensible. , et enfin à un pur méchant. Malgré la sainteté de l’héroïne, Maîtrise de soi contient une bonne dose de réalisme psychologique. (J'ai dit psychologique, d'accord? La finale bizarre impliquant des canoës et des cascades ne compte pas. Je ne sais toujours pas à quoi pensait Brunton quand elle pensait que c'était une bonne idée de… euh, eh bien. Pas de spoilers!) Réagir contre un longue tradition de romans sentimentaux, Brunton enlève les illusions romantiques de Laura, tout en reconnaissant leur pouvoir; Laura n'est pas dupée par sa propre stupidité ou son échec moral, et elle trouve plus tard qu'il est assez réaliste de tomber amoureuse de Hargrave, même lorsqu'elle se rend compte qu'il n'en vaut pas la peine. Brunton est également assez perspicace pour réaliser que vous ne convertirez personne si vous enlevez toutes les illusions attrayantes et ne laissez rien d'autre que la résignation et l'abnégation à leur place. Laura est ainsi récompensée par un nouvel amant amélioré - et quand je dis «amélioré», je veux dire «un peu priggish peut-être, mais adorable dans une sorte de geek». Ppar lot, La discipline est un animal tout à fait différent: raconté comme l'autobiographie spirituelle de l'héroïne, il s'agit d'une partie d'un roman d'éducation (une fille gâtée apprend à être… euh, moins gâtée), et de deux parties d'une femme Pilgrim's Progress, avec seulement une pincée de romance sur le dessus . Ellen Percy est une jeune et belle héritière - d'une égoïsme exaspérante et irréfléchie, et en raison de sa fierté encline à maltraiter les personnes les plus dignes, à savoir Mlle Mortimer, l'ami méthodiste convenablement saint de sa mère décédée, et M. Maitland, un montagnard méthodiste tout aussi moral qui tombe dans aimer avec elle contre son meilleur jugement. (Il doit y avoir quelque chose dans les eaux des Highlands pour contribuer à la droiture morale et aux principes religieux élevés, sinon les Écossais sont simplement une race supérieure.) Après beaucoup de frivolité à la mode à Londres, des amis perfides et une quasi-séduction, Ellen se retrouve soudainement. sans amis et sans le sou: son père a fait faillite et s'est suicidé. Miss Mortimer la prend sous son aile; mais elle aussi est pauvre et mortellement malade, et ne peut pas l'aider longtemps. Ellen obtient alors un emploi de gouvernante, mais malgré tous ses efforts, elle est incapable de résister à la spirale descendante dans laquelle sa fierté et son égoïsme lui sont brutalement assommés. Ces deux romans de Mary Brunton sont des études de l'état d'esprit vraiment religieux, et souvent très opportuns - La discipline fait référence au mouvement anti-esclavagiste, à la controverse qui brise le sabbat et au concept des pauvres méritants, par exemple, autant de questions pressantes du renouveau religieux. Plus intéressant pour un lecteur moderne est l'auto-examen intense qui anime les deux romans: Laura et la post-réforme Ellen remettent constamment en question leurs propres motivations, et bien que ma description ait sans aucun doute rendu les romans peu appétissants pour beaucoup, l'effet global n'est pas de «Un guide pour être un bon chrétien et obéir aux règles patriarcales», mais sur «Comment et quand faire confiance à son propre jugement, même si vous êtes une femme faible et que tout le monde vous dit que vous avez tort». Étrangement (ou pas?), En faisant avant tout confiance à la Providence, Laura et Ellen apprennent à se faire confiance, et se révèlent vraiment très capables. Les romans pourraient tout aussi bien s'appeler Self-Help. Le concept d ’« auto-assistance »peut avoir des connotations moins agréables, mais la version de Brunton diffère peu de l’idée de Wollstonecraft d’une femme rationnelle et autonome. Ellen est humiliée mais pas dégradée en travaillant pour gagner sa vie; Laura travaille aussi dur et est ravie de vendre ses propres peintures pour soutenir son père malade. Ellen commence à améliorer son esprit en étudiant la chimie; Laura étudie les mathématiques. Dans un chapitre très puissant, Ellen survit à l'incarcération dans un asile de fous; et Laura… eh bien, elle fait le truc du canoë. En plus de cela, Dieu est décrit en termes maternels, les principaux conseillers spirituels des héroïnes sont des femmes, et le roman lui-même apparaît comme une forme d’éducation particulièrement féminine - une forme qu’Austen perfectionnera plus tard; malgré ses propos désobligeants, elle était probablement plus influencée par Brunton qu'elle n'aurait voulu l'admettre. Verdict final: Je pense que les deux romans valent la peine d'être lus - il y en a beaucoup plus que je ne peux peut-être écrire dans cet article - mais à moins que vous n'ayez un intérêt particulier pour les premières idées féministes, ou au moins une certaine patience pour le prosélytisme chrétien, vous vous sentirez probablement (comme le rédacteur de Critical Review) que vous «combattez une disposition à la nausée» et que vous êtes tenté de «jeter le livre au feu». Alors soyez prêt. La discipline a une structure plus intéressante, mais Maîtrise de soi fonctionne mieux comme un roman divertissant et peut être lu plus facilement en tant que tel. La revue mensuelle avait ceci à dire à propos de la maîtrise de soi:
Que la «maîtrise de soi» de Laura soit parfaitement naturelle n’est qu’une simple question d’opinion; et la décision dépend, dans une large mesure, de la disposition du lecteur: mais c'est une faute pardonnable si un personnage, offert comme modèle, transcende ceux pour lesquels il est destiné à l'émulation; et nous recommanderions ce roman agréable à tous les jeunes, particulièrement à ceux qui sont obligés de vivre avec des personnes de mauvaise humeur, puisqu'ils trouveront, dans les scènes qu'il verse, quelques leçons admirables de bonne humeur.
Aussi bonne raison de lire un roman que n'importe quelle autre, n'est-ce pas? Le texte intégral du travail de Mme Mary Brunton est disponible en ligne sur Labrocca.com: Maîtrise de soi, La discipline, et Emmaline et les mémoires. Une biographie plus détaillée peut être trouvée à la Bibliothèque de Chawton House. Maîtrise de soi Relié: 506 pages Éditeur: Unknown (juin 2008) ISBN-10: 0548942773 PRIX: £35.95 La discipline Broché: 292 pages Éditeur: Adamant Media Corporation (30 novembre 2005) ISBN-10: 1402174829 ISBN-13: 978-1402174827 PRIX: £11.99 Emmaline Broché: 324 pages Éditeur: Unknown (juin 2008) ISBN-10: 143683449X ISBN-13: 978-1436834490 PRIX: £19.95

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés