Deux vues de Napoléon

Campagne russe de Napoléon par le comte Philippe-Paul de Segur

Il s’agit d’un récit cru de la campagne russe de Napoléon en 1812, non seulement d’un témoin oculaire, mais aussi d’un officier Français et d’un assistant de Napoléon. Philippe-Paul de Segur a rarement été à plus de quelques pieds du côté de Napoléon tout au long de cette campagne et ne fait pas une embardée de faire des observations sur Napoléon à la fois positif ou négatif. Mais une grande partie de la puissance de ce livre vient des observations brutales de l’horreur que cette marche sans tenir compte en Russie a causé. Il y a de bonnes raisons pour que ce compte, publié pour la première fois en 1824, ait été réédité tant de fois - il est très bon - et ait été utilisé comme source principale pour un certain nombre d’auteurs, y compris Tolstoï (qui a concocté un certain nombre d’événements pour Guerre et Paix victor Hugo et Chateaubriand. Fait intéressant, ce n’est qu’en 1965 que la première version anglaise a été publiée. C’est une si courte période de l’histoire, moins de six mois, mais l’action stupide a coûté à Napoléon sa domination en Europe et a marqué son tour au pouvoir. Car c’est là qu’il a perdu des milliers d’hommes, et a montré à quel point il pouvait être vulnérable. Au printemps de 1812, Napoléon, furieux que l’empereur russe ait difed le traité de Tilsit et ignoré son système continental, a décidé de jeter toutes ses forces dans envahir la Russie. L’armée russe s’est réunie et a essayé d’arrêter l’assaut incessant des Français à la rivière Neimen, mais a vaincu ils sont retom tombés en retraite, brûlant tout comme ils allaient. Napoléon poussa fort à Moscou - pensant que les Russes poursuivrait pour la paix une fois qu’il était dans cette ville toute importante. Ils ne l’ont pas fait - et le 19 octobre, avec une armée énorme, peu de provisions et l’hiver rigoureux qui approchait, il s’est rendu compte qu’il devait battre en retraite à travers le pays décimé brûlé pour retourner à la sécurité de l’Ouest. Napoléon savait, comme toute l’armée, qu’il était déjà trop tard... pourtant, ils ont dû aller. C’est le contexte de ce compte très émouvant Broché: 306 pages Éditeur: Réimpression de Greenwood Press Langue: Anglais Isbn: 0837184436 Prix de liste: à partir de £5.50

The Black Room at Longwood: Napoleon’s Exile on Sainte Helena par Jean-Paul Kauffmann

C'est un mélange étrange et je dois admettre que je ne l'aime pas beaucoup quand je l'ai pris pour la première fois. C'est une version traduite de ce qui était à l'origine une œuvre française et l'anglais me paraissait un peu fleuri et dramatique. Je ne sais pas si c'est la traduction ou si les Français écrivent naturellement dans ce style. Je recommanderais cependant aux gens qui s'intéressent à Napoléon de persévérer - c'est une sorte de livre étrange mais qui vaut la peine d'être lu. Je dis cela pour deux autres raisons - d'une part parce que Kauffmann a lu à peu près toutes les sources primaires sur l'exil de Napoléon à St Helens - une petite île à peu près au milieu de l'océan Atlantique et d'autre part parce que Kauffmann connaît de première main la captivité. Après avoir lu un peu ce livre, sans l'avoir apprécié, j'ai lu la biographie de l'auteur - cet homme a passé quelques années en captivité à Beyrouth dans les années 1980. En revenant au livre, j'ai commencé à me rendre compte qu'il ne s'agissait pas seulement d'un livre sur Napoléon, ou sur un voyage sur l'île. C'est une histoire sur la captivité et son côté psychologique. Kauffmann est clairement l'homme qu'il faut pour écrire à ce sujet. L'oppression de la captivité accable parfois l'écriture. Kauffman trouvait clairement l'endroit oppressant - il n'arrête pas de parler de la ville elle-même coincée entre deux montagnes - c'est l'un de ses thèmes répétitifs et j'ai le sentiment que s'il ne naviguait pas là-bas en s'attendant à ne pas aimer l'endroit, son aversion pour celui-ci coloré ses écrits ultérieurs à ce sujet. Je pense que ce livre pourrait tout aussi bien être nommé 8 jours sur St Helens que le livre est divisé en chapitres pour chaque jour. Son voyage est donc traité chronologiquement - les informations sur les canards et les plongées de Napoléon - souvent avec apparemment peu de logique. Cependant, si vous cherchez à en savoir plus sur les dernières années de Napoléon, elles sont abordées - d'autant plus que Napoléon en tant qu'homme est révélé. Son impatience (il conduisait chaque jour sur l'île en calèche avec deux femmes de ses officiers - mais allait à une telle vitesse pour les jeter - une démonstration de puissance?) Et son arrogance. Il y a aussi des aperçus intéressants sur l'homme avant sa captivité - par exemple, je ne savais pas que Napoléon ne pouvait pas parler un français parfait - (il le parlait mal et parfois de manière déroutante - confondant ses mots et prononciations). Cependant, je ne pense pas que Kauffman explique quoi que ce soit de nouveau à la plupart des savants de Napoléon. Il mentionne que Napoléon a envisagé d'aller en Amérique avant de se contenter de se rendre aux Anglais - pourquoi a-t-il changé d'avis? Vous pouvez lire ce livre à différents niveaux - une histoire de St Helens, un mélange d'histoire napoléonienne ou une histoire de captivité. Tous ont des mérites différents à cet égard - mais ils sont tous mélangés. Je ne sais pas si je recommanderais de faire un voyage spécial pour l'obtenir - mais cela vaut la peine d'être lu si vous n'avez pas grand-chose à faire. Broché: 320 pages Éditeur: Four Walls Eight Windows Langue: Anglais ISBN: 1568581718 Liste des prix: £7.85 Anne Woodley est une critique du top 500 d'Amazon ainsi que la patronne de Janeites, la discussion sur Internet, ainsi que maîtresse de l'anneau de la régence. Son excellente page, La collection Regency est un trésor d'informations.