Longbourn: A Novel, de Jo Baker

longbourn-par-jo-boulanger-2013-x-200

Longbourn: A Novel, de Jo Baker

Commentaire de Syrie James Que se passait-il sous les escaliers Orgueil et préjugés? Qui étaient les personnages fantomatiques qui ont permis à la fois à l'histoire et à la famille Bennet de rester dans les coulisses? Telle est la prémisse du roman captivant de Jo Baker Longbourn, qui reprend le célèbre travail de Jane Austen, le met sens dessus dessous et secoue un récit pleinement réalisé et totalement convaincant de la vie et de la romance parmi les serviteurs. Bien que Longbourn commence un peu avant Orgueil et préjugés et continue au-delà de la fin d’Austen, pour la plupart, il correspond à l’action de ce roman, se concentrant presque exclusivement sur le personnel domestique. Le protagoniste est la jeune, jolie, fougueuse et surmenée, la femme de chambre Sarah, une orpheline qui se tourne vers les livres pour échapper aux tâches quotidiennes qui la repoussent et l'épuisent. Au début, la lecture de ses devoirs me rebutait aussi, et j'avais envie de retourner dans le monde agréable et propre de Orgueil et préjugés, où des jeunes filles en jolies robes dansent aux bals et engagent une conversation intelligente avec de beaux messieurs en redingote et culotte. Longbourn nous rappelle que notre perception de ce monde est hautement idéalisée, et que les Bennets, les Bingley et les Darcy jouissaient d'un style de vie qui dépendait entièrement du travail acharné de personnes dont la vie était tout sauf jolie:
Sarah souleva son pot de chambre de dessous le lit et le sortit, la tête tournée pour ne pas affronter son contenu de trop près. Cela, pensa-t-elle, alors qu'elle traversait la cour pluvieuse, et se dirigeait vers la maison nécessaire, et déposait le contenu du pot dans le trou, c'était son devoir, et elle ne pouvait y trouver aucune satisfaction, et trouvait étrange que quiconque puisse pense qu'une personne pourrait. Elle a rincé le poteau à la pompe et l'a laissé se rafraîchir sous la pluie. Si c'était son devoir, alors elle voulait celui de quelqu'un d'autre. (p. 115)
Le livre offre un regard sans faille sur les réalités physiques désagréables de la vie au début du XIXe siècle, des engelures et des poux au transport de l'eau les matins glaciaux, au polissage des sols, au frottement de la vaisselle incrustée de nourriture, au lavage des vêtements sales, au lavage des chiffons imbibés de sang menstruel, et même la vue des cheveux sous les bras d'Elizabeth Bennet. Voulais-je lire sur de telles choses? Pas vraiment! Mais la nature fougueuse de Sarah et son désir féroce d’une existence plus épanouissante nous la font immédiatement aimer et nous donnent envie d’en savoir plus. Elle aspire à être appréciée par les gens qu'elle sert, mais reste invisible pour quiconque autre que la ménagère exigeante Mme Hill. Les choses changent lorsqu'un beau nouveau valet de pied apparaît apparemment de nulle part et est employé par M. Bennet. Sarah ne sait pas trop quoi penser de James Smith au début et elle est à la fois inquiète et intriguée par son passé mystérieux. Bien que sa tête soit momentanément tournée par Ptolémée, le valet de pied impétueux de M. Bingley, il n'y a jamais de doute sur qui est le véritable héros - et à quel point il est un héros divin. James Smith est peut-être très pauvre et cache des secrets, mais il est intelligent, réfléchi, travailleur et doux, un abolitionniste engagé, un grand lecteur, un amoureux des chevaux et un gentleman; et il est toujours à l'affût pour protéger notre héroïne. Les personnages de Orgueil et préjugés ne sont que des figures sombres dans ce roman, et pas toujours présentées sous un jour favorable; il n'y a rien à aimer d'Elizabeth Bennet vu à travers les yeux de Sarah. Les messieurs lui paraissent plus grands que nature, comme en ce moment où elle ouvre la porte pour admettre M. Darcy et le colonel Fitzwilliam:
Un flou de couleurs riches - un manteau de velours vert, un bleu - et le doux craquement du bon cuir, et une odeur de sève de pin, de cire de bougie fine et de laine. Elle regarda leurs bottes brillantes disperser ses feuilles de thé sur le parquet. Les deux messieurs étaient si lisses, si grands et d'une telle substance; c'était comme s'ils appartenaient entièrement à un ordre de création différent, et se déplaçaient dans un élément séparé, et étaient aussi différents que les anges. (p. 198)
Baker a une façon d'utiliser un mot inattendu ici et là qui m'a beaucoup plu, comme dans sa description de la pluie qui «rebondissait sur les dalles, dégringolait les gouttières, sifflait par les becs de descente». Quelques lacunes et allusions dans Orgueil et préjugés sont remplis: la richesse héritée de M. Bingley est basée sur le sucre, le tabac et la traite des esclaves; nous prenons conscience des réalités vicieuses de l'esclavage; et les officiers de l'armée ne sont pas simplement des objets coquettes en manteaux rouges; ici, ils sont soumis à des actes brutaux et expédiés outre-mer pour combattre dans des conditions horribles. Bien que ce soient tous des sujets très valables, j’ai eu du mal avec la section du livre qui couvre les expériences d’un personnage pendant la guerre napoléonienne. C'était trop long et violent, passé trop de temps loin de l'histoire principale, et cela ne semblait pas correspondre au ton du reste du roman. Le récit dans Longbourn passe d'un point de vue à la troisième personne, généralement du point de vue de Sarah, mais parfois d'autres comme Polly, la bonne innocente de l'arrière-cuisine (une proie tentante pour un Wickham particulièrement diabolique), Mme Hill (qui recèle ses propres secrets et ses profondes déceptions), et notre héros James Smith. Contrairement à Austen, Baker nous donne un avant-goût de la passion que nous avons envie de lire entre nos protagonistes romantiques:
Voici James, maintenant, avec sa main enroulée autour de son bras, et son toucher, sa proximité et sa voix étaient bas et urgents, et tout semblait avoir de l'importance, et tout cela lui faisait des choses étranges et agréables. Elle se sentit s'adoucir et se détendre, comme un chat se prélassant dans la lueur d'un feu. Et il y avait juste maintenant, juste ce moment, où elle oscillait entre le monde qu'elle avait toujours connu et le monde au-delà, et si elle n'agissait pas maintenant, alors elle ne le saurait jamais.  Elle l'a attrapé, pour ainsi dire, sur le coup. Ses lèvres se heurtèrent aux siennes, le surprenant; il se balança un peu en arrière, contre le bras qu'elle avait tendu autour de lui. Ses lèvres étaient douces, chaudes et maladroites, et son petit corps pressé fortement contre le sien. C'était trop pour résister. Il glissa ses bras autour de sa taille étroite, l'attira contre lui et se laissa embrasser. (p. 154)
La tension monte alors qu'une tournure inattendue des événements sépare les jeunes amants, et Sarah est obligée de faire face au passé problématique de James et aux demandes sans fin des Bennets. Il y a une grande tournure dans l'histoire, et bien que je l'ai vu venir très tôt, elle a été traitée de manière touchante. J'ai trouvé que la séquence de l'intrigue impliquant Sarah à la fin du livre était précipitée et invraisemblable. J'espère que ce n'est pas un spoiler de dire que vous volonté obtenez votre fin heureuse; cependant, la scène était si brève qu'elle n'était pas satisfaisante, avec une seule ligne de dialogue. Jane Austen passe souvent sous silence les moments culminants de ses amants, et c’est l’un des rares défauts que j’ai avec son écriture. Lorsque vous passez un livre entier à investir dans ces personnages (surtout quand ils sont séparés depuis si longtemps), vous attendez avec impatience un point culminant romantique qui se joue et suscite les émotions. Je mourais d'envie d'entendre Sarah et James s'exprimer à haute voix et je suis déçu de ne pas l'avoir fait. Mis à part ces chicots, j'ai trouvé Longbourn être un roman fascinant avec des personnages inoubliables auxquels je tenais vraiment. Je ne lirai jamais Orgueil et préjugés ou tout roman sur les «classes supérieures» de la même manière encore.
  • Broché: 448 pages
  • PRIX: £7.99
  • Éditeur: Black Swan (1 janv.2014)
  • Langue: Inconnue
  • ISBN-10: 0552779512
  • ISBN-13: 978-0552779517
Syrie JamesAuteurPhoto2012Syrie James est l'auteur à succès des romans acclamés par la critiqueThe Missing Manuscript of Jane Austen, The Lost Memoirs of Jane Austen, The Secret Diaries of Charlotte Brontë, Dracula My Love, Forbidden, Nocturne,Oiseau chanteur, etPropositions. Son prochain roman, Premier amour de Jane Austen, qui donne vie à l'histoire inédite de la relation amoureuse de Jane à l'adolescence avec Edward Taylor, sortira de Berkley le 5 août 2014. Suivez Syrie surTwitter, lui rendre visite surFacebook, et apprenez-en plus sur elle et ses livres sur syriejames.com. Cet avis a été initialement publié le Austenprose.com. Il est utilisé ici avec permission.