Le pasteur bien habillé

En tant que fille et sœur de pasteurs anglicans, Jane Austen était intimement familière avec les rites, les règles et les habitudes des ministres de l'Église. Les membres du clergé et leurs familles faisaient partie de ses amis les plus proches et figuraient fortement dans tous ses romans.

Mais qu'aurait porté un ecclésiastique de son temps?

Les portraits d'époque donnent une bonne idée de ce qu'ils auraient eu dans leur placard: le clergé Le clergyman bien habillé se serait donc vêtu sombrement, d'un costume noir, avec une crosse ou une cravate. Sur ce, tout en prêchant, il aurait porté la soutane noire, obligatoire à son bureau. De nombreux membres du clergé ont choisi d'augmenter cette tenue sobre avec des bandes blanches, également connues sous le nom de bandes de Genève (du nom du berceau de la réforme). De plus, lors de l'exécution de certains sacrements, tels que les mariages, les baptêmes et les funérailles, il pouvait ajouter un surplis blanc (d'où les frais payés pour de tels services étaient appelés «frais de surplis»). surplis La soutane: La soutane dérive historiquement de la tunique qui, dans la Rome antique, était portée sous la toge et le chiton qui était porté sous le himation dans la Grèce antique. Une soutane anglicane est souvent croisée (alors plus correctement appelée «sarum»), se fermant aux épaules sur le côté opposé de la poitrine et à la taille avec un bouton dissimulé. Le sarum a généralement un seul petit bouton de tige cousu au centre du devant à environ 12-15 cm / 4½ – 6 "sous la ligne du cou au centre du devant qui est utilisé pour fixer la capuche académique, portée pour la robe de choeur. La soutane à boutonnage simple porté par un ecclésiastique anglican avait parfois trente-neuf boutons plutôt que le complément romain de trente-trois (pour le nombre d'années dans le ministère du Christ). On dit souvent que cela signifie le Trente-neuf articles, bien qu'il ait pu se développer à partir d'une mode plus ancienne. Les soutanes sont plus souvent cintrées avec une ceinture en cuir à boucle ordinaire, plutôt qu'avec une ceinture. James Woodforde par son neveu Samuel Woodforde. Les groupes: Les bandes sont une forme de cravate formelle, portée par certains membres du clergé et des avocats, et avec certaines formes de tenue académique. Les bandes sont généralement au pluriel car elles nécessitent deux parties similaires et ne sont pas venues comme un seul morceau de tissu. Ceux portés par un ecclésiastique sont souvent appelés bandes de prédication, onglets ou bandes de Genève; ceux portés par les avocats sont appelés bandes d'avocat. Les bandes sont deux bandes de Hollande blanchiesou matériau similaire, tombant sur le devant du col. Des `` bandes tombantes '' en lin uni, développées à partir du col tombant, ont remplacé la collerette vers 1640.  En 1650, ils étaient universels. À l'origine sous la forme d'un col large, noué avec une dentelle à l'avant, dans les années 1680, ils avaient diminué à la forme traditionnelle de deux rectangles de lin noués à la gorge. Les groupes ne sont devenus significatifs sur le plan académique que lorsqu'ils ont été abandonnés comme mode laïque ordinaire après la Restauration en 1660. Ils ont été identifiés comme spécifiquement applicables aux personnes de bureau, juridiques et universitaires au début du XVIIIe siècle, lorsqu'ils sont devenus plus longs et plus étroits. Ils ont continué dans l'utilisation ecclésiastique bien dans le dix-neuvième siècle dans le plus petit, bande de lin ou forme de languette - bandes courtes. Ceux-ci sont conservés par certains prêtres de l'Église d'Angleterre, des universitaires, des avocats, des ministres de l'Église d'Écosse, de l'Église presbytérienne d'Irlande et des églises non conformistes anglaises. Les bandes ont été adoptées au début du XVIIIe siècle, par les clercs de paroisse et les ministres dissidents, ainsi que par les clergymen des églises établies en Europe. Les bandes étaient assez larges, rapprochées. Le bord extérieur blanc est le tissu de lin ourlé qui, retourné trois fois sur lui-même, est opaque. Le surplis: Le deuxième Livre de prière anglicane, celui d’Édouard VI en 1552, presc prescription du surpliqué comme, avec le tippet ou la capuche académique, le seul vestment du ministre de l’Église à « tout moment de leur ministration », le rochet étant pratiquement considéré comme le surplice épiscopal. Les réformateurs les plus extrêmes assaillèrent furieusement son utilisation, mais malgré leurs efforts, l’Acte d’uniformité d’Elizabeth (1559) conserva le vêtement, et les publicités et les injonctions émises sous son autorité ordonnèrent son utilisation, bien qu’ils ordonnèrent la destruction des « vêtements de masse » - chasubles, lbs, étoles, autres. Jusqu’en 1965, le surplice était resté, à l’exception de la cope, le seul vestment autorisé par la loi pour les ministres, autres que les évêques, de l’Église d’Angleterre. En dehors des greffiers des Ordres Saints, tous les « ministres » (y compris les vicaires-choristes et les choristes) des églises cathédrale et collégiale, ainsi que les boursiers et les érudits des collèges dans la chapelle ont porté des surplices depuis la Réforme. La forme traditionnelle du surpliqué dans l’Église d’Angleterre a survécu à l’époque de la pré-Réforme : une tunique en linge blanc à manches larges, très pleine, simple, plissée du joug, et atteignant presque, ou tout à fait, jusqu’aux pieds. Vers la fin du XVIIe siècle, lorsque de grandes perruques sont entrées à la mode, il est devenu commode d’avoir surpliqués construits robe-sage, ouvrir le devant et boutonné au cou, une mode qui survit encore partiellement, notamment dans les universités. En général, cependant, la tendance a suivi l’influence continentale, et a réduit les proportions du surplice. L’ample vêtement aux beaux plis tombants a ainsi, dans de nombreuses églises, cédé la place à un vêtement maigre et non plébiscite qui n’atteint guère le genou.